•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laïcité : les élus à Queen's Park réclament l'abrogation de la loi 21

Andrea Horwath.

Andrea Horwath, la cheffe de l'opposition officielle à Queen's Park.

Photo : Radio-Canada

Les députés à Queen's Park appuient à l'unanimité la motion de l'opposition officielle qui dénonce la loi 21 du Québec sur la laïcité de l'État.

La motion propose aussi que l'Ontario participe à une éventuelle contestation de la loi devant la Cour suprême du Canada.

La cheffe du NPD, Andrea Horwath, juge que la loi québécoise est discriminatoire et doit être abrogée.

Cette loi québécoise interdit notamment le port de signes religieux à certains employés de l'État lorsqu'ils sont dans l'exercice de leurs fonctions, dont les policiers, les procureurs de la Couronne et les gardiens de prison, ainsi qu'aux enseignants des écoles publiques du primaire et du secondaire.

C'est une mauvaise loi. Elle est discriminatoire et mine la liberté religieuse et la liberté culturelle au Canada. L'Ontario doit se tenir debout et nous devons dénoncer, en tant que Canadiens, toutes formes de racisme, de préjudice et d'intolérance. Le silence n'est pas une option.

Andrea Horwath, cheffe du NPD

Le NPD estime que la loi québécoise crée un précédent qui est dangereux pour le respect des droits et libertés des Ontariens et de tous les Canadiens.

Texte de la motion déposée à Queen's Park

CONSIDÉRANT QUE toutes les personnes qui portent des symboles religieux, y compris des turbans, des hidjabs, des kippas, des crucifix et d’autres articles vestimentaires qui représentent des expressions de leur foi sont les bienvenues à servir le public ontarien;

CONSIDÉRANT QUE la discrimination sur la base de la religion est interdite par la Charte canadienne des droits et libertés;

CONSIDÉRANT QUE le Québec a adopté une mesure législative, la loi 21, qui interdit le port de symboles religieux et enfreint la Charte canadienne des droits et libertés;

CONSIDÉRANT QUE des groupes nationaux pour les droits civiques, y compris l’Association canadienne des libertés civiles, le Conseil national des musulmans canadiens, le B’nai Brith Canada, l’Organisation mondiale des sikhs, l’Association du Barreau canadien, Amnistie internationale et le Centre consultatif des relations juives et israéliennes ont tous pris position contre la loi 21;

CONSIDÉRANT QUE plusieurs municipalités ontariennes, dont Mississauga, Brampton, la Municipalité régionale de Peel, ainsi que la Ville de Toronto, ont déjà adopté des motions qui condamnent la loi 21;

L’Assemblée législative de l’Ontario demande au gouvernement de l’Ontario de communiquer son opposition à la loi 21 en exigeant formellement que le gouvernement du Québec abroge immédiatement la loi 21 et en intervenant dans toute contestation de la loi 21 qui en viendrait à être entendue par la Cour suprême.

Une motion similaire du libéral Michael Coteau a été adoptée il y a quelques semaines.

Les députés ontariens avaient alors voté à l'unanimité en faveur de la motion. Elle ne mentionnait toutefois pas directement la loi 21. Le NPD jugeait qu'il fallait aller plus loin.

Les députés progressistes-conservateurs ont aussi appuyé la motion présentée par l'opposition officielle.

Une telle loi n'aurait pas sa place dans la province de l'Ontario. Ça demeure notre position.

Paul Calandra, leader du gouvernement en Chambre

Réaction québécoise

Le gouvernement du Québec demande aux partis politiques ontariens de respecter la volonté de l'Assemblée nationale.

L'attaché de presse du premier ministre québécois estime que tout a été dit.

La loi 21 a été adoptée de façon légitime par l’Assemblée nationale du Québec. Le Québec adopte ses lois. Les partis en Ontario doivent respecter la volonté des Québécois et de l’Assemblée nationale.

Ewan Sauves, attaché de presse du premier ministre François Legault

Comme il l'avait fait lors du dépôt de la motion libérale, le bureau du premier ministre Doug Ford a contacté le bureau de François Legault pour lui faire savoir qu'il avait l'intention de voter en faveur de la motion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique