•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau comité se penchera sur l'avenir de la cathédrale Saint-Germain

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Un comité se penchera bientôt sur les voies à privilégier pour assurer l'avenir de la cathédrale Saint-Germain, fermée depuis 5 ans.

Pour la première fois depuis près d'un an, l'Archevêché de Rimouski a laissé filtrer quelques détails concernant l'évolution du dossier.

Le chargé de projet embauché en août par l'Archevêché, Jean Crépeault, affirme qu'un comité formé de 10 personnes aura la tâche de déterminer ce qu'il adviendra de la cathédrale Saint-Germain au cours des prochains mois.

Ce comité sera formé de gens d'affaires, d'avocats, de comptables, de banquiers et de représentants du milieu culturel.

Ce sont des gens qui sont de bons gestionnaires, qui ont l'habitude de piloter ce genre de projet, a précisé M. Crépeault lors d'un entretien téléphonique.

Deux représentants de l'Archevêché de Rimouski y siégeront également, soit le vicaire général Guy Lagacé et M. Crépeault lui-même.

La Fabrique Saint-Germain, qui est propriétaire du bâtiment, et la Ville de Rimouski ne feront pas partie du comité. La Société rimouskoise du patrimoine n'a pas non plus été sollicitée en ce sens jusqu'à maintenant.

Une partie du revêtement en tôle s'est arrachée du clocher de la cathédrale.

Une partie du revêtement en tôle s'est arrachée du clocher de la cathédrale.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

M. Crépeault a refusé de nous accorder une entrevue sur le sujet, mais affirme que l'identité des membres du comité sera dévoilée au cours des prochaines semaines.

Un conflit qui se poursuit

De son côté, le marguillier Jean-Charles Lechasseur confirme que M. Crépeault a contacté les membres de la Fabrique Saint-Germain pour avoir accès à la cathédrale, mais selon lui, les procédures judiciaires en cours – pour lesquelles l'accès à la cathédrale fait partie des points en litige – rendent impossible la collaboration de la Fabrique.

Nous ne pouvons pas accréditer M, Crépeault pour une visite, on est prêts à travailler avec lui, mais au départ, on est en poursuite, l'Archevêché nous poursuit, on ne peut pas leur parler, affirme M. Lechasseur.

Ce qui est triste, c'est que pendant qu'on fait des poursuites, on n'est pas en train de travailler sur la cathédrale.

Jean-Charles Lechasseur, marguillier de la Fabrique Saint-Germain

Signe que le sujet reste délicat, le maire de Rimouski, Marc Parent, ainsi que la Société rimouskoise du patrimoine ont refusé notre demande d'entrevue au sujet des 5 ans de fermeture de la cathédrale Saint-Germain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société