•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael Bloomberg confirme qu'il sera candidat à la Maison-Blanche

L'ex-maire de New York, Michael Bloomberg en décembre 2016 au Mexique

Photo : Reuters

Radio-Canada
Mis à jour le 

L'ancien maire de New York Michael Bloomberg a annoncé dimanche qu'il brigue l'investiture démocrate en vue de l'élection présidentielle américaine de 2020.

Je suis candidat à la présidentielle pour battre Donald Trump et reconstruire l'Amérique, a déclaré le milliardaire sur Twitter.

« Nous ne pouvons pas nous permettre un autre mandat de quatre ans du président Trump », a-t-il ajouté, l’accusant de gouverner de façon « irresponsable et immorale ».

[Donald Trump] représente une menace existentielle pour notre pays et nos valeurs. S’il remporte un autre mandat, nous pourrions ne jamais nous en remettre

Michael Bloomberg

Vantant son expérience dans le milieu des affaires et en politique, Michael Bloomberg a indiqué qu'il avait ce qu'il faut pour remporter [la course] et diriger le pays.

Bien qu'il avait assuré en mars dernier qu'il ne comptait pas se lancer dans la course, les spéculations allaient bon train depuis quelque temps. Il s'était enregistré jeudi dernier auprès de la commission électorale fédérale.

Selon le magazine Forbes, il détient la 9e plus grande fortune du globe, évaluée à plus de 50 milliards de dollars – un avantage non négligeable pour faire la promotion de sa candidature et former son équipe de campagne.

Il avait déjà annoncé plus tôt en novembre une campagne publicitaire en ligne de 100 millions de dollars ciblant Donald Trump dans quatre États-clés.

Fondateur de l'agence de nouvelles économiques portant son nom, Michael Bloomberg devient ainsi le 18e candidat démocrate à se lancer dans la course. Il se mesurera notamment à l'ancien vice-président Joe Biden, et aux sénateurs Bernie Sanders et Elizabeth Warren.

À 77 ans, M. Bloomberg sera également le deuxième candidat le plus âgé chez les démocrates, alors que le parti se demande s'il est temps pour une nouvelle génération de prendre les rênes.

Bernie Sanders, qui s'est temporairement retiré de la campagne après une crise cardiaque en octobre, est le plus âgé avec 78 ans. Joe Biden a 76 ans, et Elizabeth Warren, 70 ans. De son côté, Donald Trump a 73 ans.

Pas d’enquête sur Bloomberg ou les autres démocrates par Bloomberg

L’agence de presse Bloomberg a indiqué dimanche qu’elle continuera à couvrir l’investiture démocrate malgré la candidature de son patron, mais qu’elle cessera de publier les éditoriaux non signés qui reflétaient les opinions de ce dernier.

« Nous écrirons sur quasiment tous les aspects de cette présidentielle de la même façon que nous l'avons fait jusque-là », a écrit John Micklethwait dans une note à la rédaction rendue publique par l'agence de presse.

« Nous décrirons qui gagne et qui perd. Nous examinerons les programmes politiques et leurs conséquences. Nous publierons des sondages, nous interviewerons des candidats et nous suivrons leur campagne, y compris celle de Mike. Dans les articles que nous écrirons sur cette élection, nous dirons clairement que notre propriétaire est candidat », a-t-il ajouté, admettant cependant que cette couverture « ne sera pas facile pour la rédaction ».

L'agence de presse ne mènera toutefois pas d’enquêtes d'investigation sur Michael Bloomberg, sa famille et sa fondation, non plus que sur les autres candidats démocrates, pour ne pas « accorder aux adversaires démocrates de Mike un traitement différent du sien ».

Elle s'engage cependant à publier toute enquête sur son patron venant d'autres organes de presse crédibles.

Elle compte aussi continuer à enquêter sur le président Donald Trump et son gouvernement « pour le moment ». Cela pourrait changer si Michael Bloomberg remportait l'investiture démocrate.

Une entrée tardive dans la course

M. Bloomberg s'était déjà montré critique de ses adversaires, notamment en s'opposant à l'idée d'Elizabeth Warren de taxer les super-riches pour qu'ils paient pour des programmes, comme les soins de santé universels ou les frais de scolarité universitaires gratuits.

Il s’est toutefois fait des alliés au sein du Parti démocrate grâce à son engagement à lutter contre les changements climatiques et contre la violence armée. Il a versé des millions de dollars à des groupes qui réclament des lois plus restrictives sur les armes à feu.

Michael Bloomberg sera confronté à d'importants désavantages en raison de son départ tardif dans la course à l’investiture démocrate, ce qui signifie qu'il devra rattraper ses rivaux qui ont rassemblé du personnel de campagne pendant des mois, avant la bataille État par État qui déterminera qui affrontera Donald Trump à l’élection présidentielle.

Pour contrer ces désavantages, M. Bloomberg prévoit continuer sa stratégie consistant à ignorer les quatre premiers États qui tiendront des caucus ou des élections primaires, à compter du 3 février dans l'Iowa, et se concentrer principalement sur les États qui amorceront des primaires et des caucus à compter du 3 mars.

Jamais un candidat présidentiel ne l'a remporté en optant pour une stratégie semblable.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International