•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie du cannabis, terreau fertile pour les femmes d'affaires

Une femme pose pour la caméra au salon Cannabis Expo d'Ottawa.

Mimi Lam est l'une des cofondatrices du magasin de cannabis Superette, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Si le milieu des affaires est traditionnellement dominé par la gent masculine, certaines entrepreneuses voient dans le jeune marché du cannabis légal un terrain de jeu idéal pour s'y tailler une place.

Mimi Lam travaille dans l’industrie du cannabis depuis un peu plus de deux ans. Sa formation en administration des affaires et des investissements lui ont permis d’aider l’entreprise Tokyo Smoke à se développer avant qu’elle ne passe aux mains du géant Canopy Growth.

Après l’acquisition, j’avais deux choix : soit rester au sein de Canopy à faire des fusions et des acquisitions pour l’entreprise, soit me lancer à mon compte dans ce marché, relate la jeune femme de 27 ans.

J’ai décidé de sauter dans le vide, de parier sur moi-même et de lancer Superette, ajoute celle qui est désormais présidente-directrice générale de Superette, l’un des magasins de cannabis d’Ottawa.

Deux personnes devant le magasin de cannabis Superette, situé dans le quartier Wellington Ouest d'Ottawa. Un panneau sur la rue indique que la rue est fermée et que seule la circulation locale y est permise.

Le magasin de cannabis Superette, dans le quartier Wellington Ouest d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Toni Choueiri

Pour Mme Lam, le marché émergent du cannabis légal représente l’occasion idéale pour se lancer en affaires.

Puisque c’est nouveau, les règles n’ont pas encore été écrites [...] Il n’y a pas cette manière de faire les choses établie depuis 20 ou 30 ans, alors pourquoi ne pas faire les choses à sa façon?

Mimi Lam, PDG et cofondatrice de Superette

Angela Mustone, fondatrice de l’entreprise HighOnLove — qui se spécialise dans les produits pour adultes à base d’extraits de cannabis — la place des femmes est déjà en selle dans l’industrie et la perception qu’ont leurs pairs est en mutation.

Une femme pose pour la caméra devant un kiosque lors du salon Cannabis Expo Ottawa.

Angela Mustone a oeuvré dans le milieu des produits pour adultes pendant 15 ans avant de fonder HighOnLove.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Pour les femmes, les choses changent depuis les dernières années avec des mouvements d’affirmation comme #MeToo, constate l’entrepreneuse qui a œuvré dans l’industrie des produits pour adultes pendant 15 ans. Lentement, il commence à y avoir plus d’occasions et de conversations. C’est un espace qui évolue rapidement et je suis fière d’en faire partie.

Des difficultés coriaces

De son côté, Sarah Seale a opté pour le développement des stratégies d’affaires des entreprises lors de son entrée dans l’industrie du cannabis au Canada.

Elle est présidente-directrice générale de la firme Cannabis Global Consultants, en plus d’être directrice générale de Pineapple Express, une entreprise spécialisée dans la livraison de cannabis.

Une femme pose pour la caméra lors du salon Cannabis Expo d'Ottawa

Sarah Seale est directrice générale d'une entreprise spécialisée dans la livraison de cannabis.

Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

Malgré les occasions uniques de l’effervescente industrie du cannabis, Mme Seale constate que ce monde est loin d’être à l’abri des inégalités associées aux secteurs d’activités plus traditionnels.

Dans cette industrie, on ne vous donne pas des occasions égales.

Sarah Seale, PDG de Global Cannabis Consultants

Selon Statistiques Canada, plus de la moitié des conseils d’administration au pays sont entièrement masculins, et 28 % des CA ne comptent qu’une seule femme.

On dit aux femmes qui veulent des positions de leadership : “Viens faire partie de mon équipe de consultants”. On ne leur offre pas de parts ou d’actions de la compagnie. C’est une conversation complètement différente, même si elles ont le même rôle et le même niveau d’expérience [que leurs homologues masculins], renchérit-elle.

Cette dernière salue néanmoins les femmes dans l’industrie qui sont nombreuses à mettre leur pied à terre et à combattre les inégalités.

Le Canada, un chef de file

Le marché du cannabis légal représente un terreau fertile pour les femmes de par sa nouveauté, mais aussi parce que le Canada est devenu un chef de file dans le domaine, à titre de premier pays du G7 à légaliser totalement la substance.

Je suis fière de faire partie de l’industrie du cannabis au Canada. Il y a plus à venir, surtout avec le 2.0 l’an prochain. Je suis très excitée de voir ce que ça va donner, indique Mme Mustone en référence à l’apparition prochaine sur les tablettes de produits à base de cannabis, comme des bonbons et des boissons.

J’ai commencé à exporter mes produits en Europe, mais le Canada est un leader dans le marché du cannabis [...] Beaucoup de gens viennent me voir pour des conseils et pour savoir ce qu’il se passe. Ça a été tout un parcours.

Angela Mustone, fondatrice, HighOnLove

Même si le Canada foisonne d’occasions pour les entrepreneurs, Mimi Lam ne cache pas ses ambitions de voir des succursales de Superette ailleurs dans le monde. Mais d’ici là, elle a un conseil principal à donner aux jeunes Canadiennes qui veulent tenter leur chance : Faites vos devoirs.

Ça aide de comprendre dans quoi on s’embarque. Vous pouvez savoir ce dont vous êtes capables, vous savez quelles questions poser, vous savez ce qui vous attend. Avec tout ça, vous serez sans doute la personne dans la pièce qui en savez le plus, recommande-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !