•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailleurs migrants en entrepôts : un modèle « fondé sur l'hyperexploitation »

Un homme travaille dans un entrepôt.

Une enquête auprès de travailleurs d'entrepôts brosse le portrait d'un secteur fondé sur l'hyperexploitation.

Photo : Getty Images / Tempura

La Presse canadienne

Blessures fréquentes, absence de formation et d'équipement adéquats, salaires oscillant autour du taux horaire minimum : une enquête menée auprès de travailleurs d'entrepôts recrutés par des agences de placement dans la région de Montréal brosse le portrait d'un secteur « fondé sur l'hyperexploitation d'une main-d'oeuvre composée en grande partie de migrants ».

Le rapport dévoilé samedi par le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) et l'Association des travailleurs et travailleuses d'agences de placement (ATTAP) présente des constats troublants sur l'univers des entrepôts et centres de distribution, où transitent une quantité exponentielle de marchandises à l'ère du commerce en ligne.

À l'approche du Vendredi fou et de la frénésie du magasinage des Fêtes, ces deux organismes soulignent que les exigences de plus en plus élevées au chapitre de la disponibilité et de la rapidité des livraisons des produits se répercutent sur une main-d'oeuvre bon marché et précaire, largement issue d'Haïti, d'Afrique et d'Amérique latine.

Tirer profit de l'insécurité des nouveaux arrivants

Le projet de recherche mené en collaboration avec des travailleurs du milieu relève que ceux-ci sont particulièrement vulnérables à des violations de leurs droits, car les agences de placement et les entreprises-clientes rejettent leurs responsabilités les unes sur les autres, en plus de tirer profit de l'insécurité des nouveaux arrivants qui préfèrent faire profil bas.

Sur la quarantaine de travailleurs interrogés dans le cadre de cette recherche, près de la moitié ont dit ne pas avoir reçu de formation en santé et sécurité sur leur lieu de travail, ni même d'équipement de protection approprié. Un participant sur quatre affirme avoir déjà été blessé au travail.

Mohamed Barry fait partie du lot. Le Guinéen d'origine marche encore à l'aide d'une canne, six ans après un accident de travail impliquant un chariot élévateur. Il dit n'avoir toujours pas été pris en charge adéquatement.

Ils s'en foutent de la sécurité des travailleurs. Tout ce qui les intéresse, c'est faire de l'argent.

Mohamed Barry

Un autre ancien travailleur temporaire en entrepôt, Olawale Ogundipe, souligne que les nouveaux arrivants ne sont pas orientés par rapport à leurs droits et recours. Cet immigrant nigérien raconte lui aussi avoir été laissé à lui-même après une blessure à la cheville, pendant qu'il cherchait désespérément à travailler et à nourrir (sa) famille.

Il dénonce un manque de clarté entourant les protections pour les travailleurs d'agences de placement, ce qui les rend selon lui hautement susceptibles de glisser entre les mailles du filet : L'agence nous embauche et nous envoie travailler pour une compagnie. Nous ne faisons partie du personnel ni de l'agence ni de la compagnie, donc que sommes-nous?

Environ la moitié des participants au projet de recherche ont rapporté l'absence de congés de maladie payés ainsi que le non-respect de la rémunération minimale de trois heures lorsqu'ils sont appelés à se présenter au travail.

Les deux tiers des répondants ont dit gagner moins de 15 $ l'heure, certains étant même payés sous le salaire minimum.

Dollarama montré du doigt

Une entreprise souvent citée en exemple par le CTI et l'ATTAP est Dollarama. Dans une déclaration transmise par courriel, le détaillant québécois dit offrir une rémunération concurrentielle et avoir un excellent bilan en matière de sécurité dans son centre de distribution et ses six entrepôts du Grand Montréal.

Chaque travailleur doit suivre une formation sur la santé et la sécurité, et le port d'équipement de protection individuelle approprié est obligatoire pour accéder à l'aire de travail. De plus, les superviseurs sur le lieu de travail doivent veiller à ce que les politiques et les procédures de sécurité soient respectées en tout temps, indique-t-on.

Nous sommes fiers de la diversité de notre main-d'oeuvre, qui est représentative de la diversité des communautés au sein desquelles nous exerçons nos activités.

Une solution par décret

Avec l'arrivée d'un premier centre d'expédition d'Amazon à Montréal l'an prochain, le CTI et l'ATTAP demandent au gouvernement provincial d'adopter un décret de convention collective sectorielle pour garantir les mêmes conditions de travail de base à tous les travailleurs d'entrepôts recrutés par des agences de placement au Québec, qu'ils soient syndiqués ou non.

L'organisateur communautaire Mostafa Henaway explique les travailleurs pourraient difficilement mener ce combat eux-mêmes, étant donné la complexité d'une démarche de syndicalisation dans des circonstances aussi instables.

D'autant plus que ce sont les agences regroupant une main-d'oeuvre disparate qui sont généralement considérées comme l'employeur, et non les entreprises-clientes.

À cela s'ajoute l'appréhension de certains travailleurs immigrants, par peur de mettre en péril la vie qu'ils sont en train de bâtir en sol canadien. Sans compter que les agences de placement constituent souvent leur dernier retranchement après avoir été confrontés à de la discrimination durant leurs propres démarches d'emploi.

M. Henaway, qui a agi à titre de chercheur principal pour l'enquête dévoilée samedi, avec le soutien de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), rappelle que des décrets ont déjà permis de niveler le terrain pour les agents de sécurité et le personnel d'entretien de certaines régions par exemple.

Amazon ne devrait pas pouvoir débarquer en ville [et] aggraver encore davantage le nivellement des conditions vers le bas, lance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie