•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQDC veut livrer son cannabis « la journée même »

Des étagères remplies de produits avec les affiches montrant les prix.

La SQDC veut même être capable d'assurer la livraison dans un délai de « moins d'une heure » à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Audrey Roy

Radio-Canada

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a lancé un appel d’offres afin d’être capable d’effectuer des livraisons « la journée même » à travers la province et « en moins d'une heure » dans la région métropolitaine de Montréal.

Pour l’instant, les produits de la société d’État sont livrés dans un délai de une à trois journées ouvrables. C’est Postes Canada qui s’occupe de la livraison des produits de la SQDC partout dans la province.

En plus de vouloir assurer une livraison la journée même, la SQDC demande aux soumissionnaires l’option de pouvoir livrer « dans un délai d’une heure » pour les secteurs de l’île de Montréal, Laval et la couronne de Montréal.

Évidemment, l’entreprise sélectionnée devra être en mesure de garantir l’âge légal de la personne qui reçoit la livraison.

Sur le marché illégal, c’est possible d’obtenir du cannabis livré à la maison en une heure et parfois moins que ça, explique au 15-18 Jean-Sébastien Fallu, professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal. Si la livraison [légale] prend deux ou trois jours, ce n’est pas du tout compétitif.

Aux personnes qui feront remarquer qu’il est encore plus long d’attendre pour des livraisons d’alcool de la SAQ, M. Fallu répond qu’il n’existe pas de marché illégal d’alcool pour concurrencer le marché légal.

L’alcool est accessible très facilement à presque tous les coins de rue des villes du Québec, précise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !