•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fuite expose les plans secrets de Pékin pour interner les Ouïgours

Plus d’un million de membres de la minorité musulmane ouïgoure ont été internés dans des camps en Chine, selon l'ONU.

Photo : Getty Images / GREG BAKER / AFP

Frédéric Zalac
Mis à jour le 

Des documents secrets du gouvernement chinois, obtenus par le Consortium international des journalistes d’enquête, révèlent les détails d’un imposant système de détention extrajudiciaire, d’endoctrinement et de travaux forcés visant la minorité ouïgoure.

Des dortoirs verrouillés à double tour, des tours de guet imposantes, des postes de police devant les entrées et des directives strictes pour empêcher les « élèves » de s’évader. Voilà la face cachée de ce que Pékin affirme publiquement n’être que de simples centres de rééducation et de formation professionnelle.

La source de ces révélations est étonnante, car il s’agit de documents secrets provenant du gouvernement chinois lui-même. Dans ces documents, examinés par l’émission Enquête, on trouve entre autres une liste d’instructions détaillées sur la gestion et le fonctionnement interne des camps, signée par un haut dirigeant du Parti communiste dans la région du Xinjiang, Zhu Hailun.

« Ça révèle une tout autre réalité que ce que la Chine veut nous faire croire, et ça révèle un écart important entre ce qui se passe de façon officielle dans les documents qui sont partagés entre les fonctionnaires et ce qui est distribué aux audiences internationales », note la professeure Vanessa Frangville, responsable de la Chaire d’études chinoises à l’Université libre de Bruxelles.

Selon l’ONU, plus d’un million de membres de la minorité musulmane ouïgoure ont été internés dans ces camps. Le chercheur allemand Adrian Zenz estime que ce nombre pourrait même atteindre 1,8 million, soit près de 20 % de leur population. Il s’agirait de l’internement de masse ethnoculturel le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale.

M. Zenz croit que ceux qui sont à l’origine de la fuite courent d’énormes risques. « Ils ont probablement risqué leur vie, parce que ce document contient – selon la propre définition du gouvernement – des secrets d’État dont la fuite pourrait porter une atteinte grave à l’intérêt national », dit-il.

Une capture d'écran montre la première page d'un document rédigé en mandarin.

Un document secret du gouvernement chinois intitulé « Les avis sur le renforcement et la normalisation du fonctionnement des centres d’éducation et de formation professionnelle », signé par Zhu Hailun, le numéro 2 du Parti communiste dans la région de Xinjiang.

Photo : ICIJ

Le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) a fait part de cette fuite à 17 médias, dont CBC/Radio-Canada, Le Monde, la BBC, The Guardian, NBC, Associated Press et le New York Times. Ces médias ont contacté divers experts qui jugent que les documents sont authentiques.

Le gouvernement chinois n’a pas répondu aux questions envoyées par l’ICIJ. Interrogé à Londres par la BBC, l’ambassadeur de la Chine au Royaume-Uni a déclaré, sans toutefois avoir vu les documents en cause, qu’il s’agissait d’une « pure invention ».

Consultez les documents de la fuite (Nouvelle fenêtre) sur le site du Consortium international des journalistes d’enquête (en anglais seulement).

Des « élèves » prisonniers

Vue extérieure d'un bâtiment.

Un camp à Artux, dans la région du Xinjiang, en Chine.

Photo : Getty Images / GREG BAKER / AFP

Selon les documents de la fuite, les responsables des camps sont sommés de contrôler les activités des détenus pour empêcher les évasions pendant les classes, les repas, les douches et les pauses pour aller aux toilettes.

Les cellulaires ou les appareils photos sont interdits.

Les « élèves » ne peuvent sortir des camps que pour des raisons médicales et ils doivent alors être « accompagnés et contrôlés » .

Des caméras de surveillance dans les salles de classe et les dortoirs doivent balayer les moindres recoins « sans angle mort », prend-on le soin de préciser.

« Ça n'a rien d’une école dans laquelle on est libre d'être. Or, le discours chinois, c'est que ces internements sont volontaires », souligne la professeure Frangville.

Le reportage de Frédéric Zalac est présenté à Enquête, le jeudi 28 novembre à 21 h sur ICI TÉLÉ.

Une minorité opprimée

Pourquoi la Chine interne-t-elle ainsi autant de Ouïgours?

Cette minorité musulmane est depuis longtemps victime de discrimination aux mains de la majorité chinoise Han. Les tensions entre les deux groupes ethniques ont mené à des émeutes et des attentats commis par des Ouïgours dans la région du Xinjiang.

Au nom de la lutte contre le séparatisme et le terrorisme, les autorités chinoises ont rendu illégales de nombreuses pratiques religieuses. Le port de la barbe est proscrit et la langue ouïgoure est interdite dans les écoles.

Un grand nombre d'enfants marchent sous plusieurs caméras de surveillance.

Des écoliers marchent dans les rues d'Akto, dans la région du Xinjiang, sous des caméras de surveillance.

Photo : Getty Images / GREG BAKER/AFP

En 2016, la répression contre les Ouïgours s'est accrue de façon marquée avec la mise en place d’un appareil de surveillance orwellien. Puis des milliers de Ouïgours se sont mis à disparaître sans laisser de traces, appréhendés par des policiers et envoyés, en secret, dans un imposant réseau de camps d’internement que mettait sur pied l’État chinois.

On a commencé à arrêter à peu près tous les hommes entre 20 et 60 ans, en particulier dans les régions du sud, explique la professeure Frangville. La police venait chez eux, sur leur lieu de travail, leur mettait un sac sur la tête et les emmenait. On n'entendait plus parler de ces personnes pendant des semaines, des mois, des années.

Dans bien des cas, ils ont été internés pour avoir posé des gestes anodins associés à des pratiques religieuses comme le jeûne, la prière et le refus de boire de l'alcool ou de fumer des cigarettes.

Mais vous avez aussi le fait d'avoir installé un VPN [réseau privé virtuel] sur votre téléphone ou WhatsApp pour communiquer avec votre famille à l'étranger, ou avoir en votre possession plus d’un couteau de cuisine, ajoute-t-elle.

Lavages de cerveau

Une fois arrêtés, les Ouïgours sont envoyés dans des camps d’internement pour subir un endoctrinement qui consiste entre autres à apprendre les lois chinoises et à visionner quotidiennement des discours du président Xi Jinping.

Un document de la fuite révèle l’existence d’un système de pointage employé pour évaluer la transformation idéologique des détenus et leur respect de la discipline. Le document mentionne que les « élèves » doivent être internés pendant au moins un an.

Au cours de cette année-là, vous devez prouver que vous ne croyez plus en l’islam et que vous croyez désormais au Parti communiste, indique le chercheur Adrian Zenz. Cette rééducation est un lavage de cerveau très corrosif. Et si vous ne changez pas, si vous n’obéissez pas, vous êtes punis.

Après l’internement, les « élèves » doivent suivre des « classes de formation professionnelle » pendant de trois à six mois.

Discours officiel et diplomatie

Lors d’un point de presse lundi dernier, Liu Xiaoming, l’ambassadeur de la Chine au Royaume-Uni, a nié l’existence de camps d’internements au Xinjiang. Il s’agit de mesures préventives qui n’ont rien à voir avec l’éradication d’un groupe ethnique ou d’une religion – la liberté de religion est entièrement respectée au Xinjiang, a-t-il déclaré.

Ces « centres d’éducation et d’apprentissage » donnent de bons résultats, selon l’ambassadeur, qui avance que depuis qu’ils ont été mis en place, il y a trois ans, il n’y a pas eu un seul cas de terrorisme. Xinjiang est redevenue une région belle, prospère et paisible.

Dans un communiqué envoyé samedi au journal The Guardian, l’ambassade ajoute que la liberté des « stagiaires » est « entièrement garantie » et que ceux-ci pourraient rentrer chez eux régulièrement et demander un congé pour s’occuper de leurs enfants.

Si [les deux membres] d’une couple sont des stagiaires, leurs enfants mineurs sont généralement pris en charge par leurs proches et le gouvernement local aide à prendre bien soin de leurs enfants, précise l'ambassade.

Mais le discours officiel de la Chine est non seulement contredit par cette fuite de document, mais aussi par des témoignages de musulmans qui disent avoir vécu l’enfer des camps.

On nous disait que notre religion était une maladie et que nous étions contaminés, raconte Zumrat Dawut, une Ouïgoure en exil à Washington.

Sayragul Sauytbay, une musulmane de la minorité kazakhe réfugiée en Suède, dit avoir été emmenée de force dans un camp pour enseigner le mandarin aux détenus. Selon elle, il y avait une chambre où des détenus étaient torturés et les femmes étaient régulièrement agressées par les policiers.

Vanessa Frangville estime que la réaction de la communauté internationale est trop timide devant l’ampleur de la situation en Chine. La diplomatie discrète ne fonctionne pas, elle est même complice de ce qui se passe. On ne peut plus faire silence sur ce qui se passe, conclut-elle.

Avec la collaboration d’Adrienne Arsenault (CBC), Bethany Allen-Ebrahimian (ICIJ), Scilla Alecci (ICIJ), Tilde Lewin (SVT) et Richard Bilton (BBC)

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Asie

International