•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque vigoureuse de Sacha Baron Cohen contre Facebook et les géants du web

Portrait de Sacha Baron Cohen vêtu d'un veston bleu.

L'acteur, humoriste et producteur Sacha Baron Cohen s'en est pris aux géants du web.

Photo : The Associated Press / Richard Shotwell

Radio-Canada

L’acteur et humoriste Sacha Baron Cohen a livré un témoignage bien senti contre les géants du web – comme Facebook, Twitter, YouTube et Google –, les décrivant comme « la plus grande machine de propagande de l’histoire ». Il les tient aussi responsables de la flambée des « attaques meurtrières contre les minorités ethniques et religieuses ».

Sacha Baron Cohen est plutôt connu pour ses personnages humoristiques complètement déjantés, comme Borat, le Kazakh naïf; Brüno, l'Autrichien homosexuel très à l'aise, ou encore Ali G, le frimeur ridicule provenant du ghetto. Or, on a eu droit cette semaine au vrai Sacha Baron Cohen, et il n'avait pas trop la tête à plaisanter.

Cohen a pris la parole jeudi dernier à l'occasion de l'événement Never Is Now, sommet de la Ligue antidiffamation (Anti-Defamation League) sur l'antisémitisme et la haine, à New York, alors qu'il recevait le prix du leadership international de l'organisation non gouvernementale. Selon ce que rapporte The Guardian, il a profité de sa tribune pour lancer des flèches à plusieurs géants du web.

« Les crimes haineux sont en hausse, tout comme les attaques meurtrières contre les minorités ethniques et religieuses. Toute cette haine et cette violence sont facilitées par une poignée d'entreprises du web qui forment la plus grande machine de propagande de l'histoire », a affirmé Cohen.

Les algorithmes dont dépendent ces plateformes amplifient délibérément le type de contenu qui garde les internautes engagés – des histoires qui font appel à nos plus bas instincts et qui provoquent la peur et l'indignation.

Sacha Baron Cohen, comédien

« C'est pourquoi YouTube a recommandé aux internautes des vidéos du conspirationniste Alex Jones des milliards de fois. C'est pourquoi les fausses nouvelles obtiennent plus de succès que les vraies nouvelles, parce que des études démontrent que les mensonges se propagent plus vite que la vérité. Comme une manchette l'exprimait récemment, pensez seulement à ce que Goebbels aurait pu faire avec Facebook », a-t-il ajouté.

Facebook particulièrement visé par Cohen

Cohen a réservé ses paroles les plus dures pour Facebook, qui a récemment fait l'objet de vives critiques pour sa décision de ne pas soumettre les publicités politiques à une vérification des faits.

« Si vous payez, Facebook va mettre en ligne toutes les publicités politiques que vous voulez, même si ce sont des mensonges, a-t-il lancé. On vous aidera même à microcibler des internautes pour un effet maximal. »

Selon cette logique tordue, si Facebook avait existé dans les années 1930, la plateforme aurait permis à Hitler de publier des publicités de 30 secondes au sujet de sa “solution au problème juif”.

Sacha Baron Cohen, comédien

L'acteur britannique a ensuite attaqué le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, en ce qui concerne la justification de ses politiques, selon laquelle le réseau social serait un bastion de la liberté d'expression. « Je crois que nous pouvons tous nous entendre sur le fait que nous ne devrions pas fournir de plateforme aux bigots et aux pédophiles afin qu'ils répandent leurs points de vue et qu'ils ciblent leurs victimes. »

Cohen a ajouté que les entreprises web devraient être tenues responsables de leur contenu. « Il est temps d'appeler ces entreprises par le titre qui leur revient vraiment, les plus grands éditeurs de l'histoire. J'ai une idée pour elles : qu'elles se conforment aux normes et aux pratiques de base, tout comme les journaux, les magazines et les émissions de nouvelles le font chaque jour. »

Selon lui, imposer des amendes aux entreprises du web n'est pas suffisant et il faudrait peut-être imposer des peines de prison pour la propagande haineuse qui mène à des ingérences politiques ou qui encouragent des génocides.

Réaction de Facebook

Facebook a réagi au discours de Cohen par le biais d'un porte-parole : « Sacha Baron Cohen a présenté une image déformée des politiques de Facebook. Le discours haineux est banni sur notre plateforme. Nous bannissons les gens qui préconisent la violence et nous retirons tous ceux qui l'encouragent. Personne – incluant les politiciens – ne peut préconiser ou faire la promotion de la haine, de la violence ou de meurtres de masse sur Facebook. »

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno