•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le calme règne à la veille des élections à Hong Kong

Le reportage de notre correspondante Anyck Béraud

Photo : Getty Images / Chris McGrath

Radio-Canada

Un calme relatif règne dans les rues de Hong Kong à la veille d’un scrutin local qui est vu par certains comme un référendum sur les manifestations antigouvernementales qui secouent la région semi-autonome depuis plusieurs mois.

La sécurité a été accrue alors que 1104 personnes sont candidates pour pourvoir un total de 452 sièges au conseil de district.

Un nombre record de 4,1 millions de Hongkongais se sont enregistrés pour voter dimanche.

Selon le South China Morning Post, les 31 000 agents de la police hongkongaise seront en poste et beaucoup surveilleront pour la première fois les bureaux de scrutin.

Du côté de l’armée chinoise, des douzaines de soldats vêtus de combinaisons antiémeutes ont été vus en train de faire des exercices militaires, selon un témoin contacté par Reuters.

Les militaires chinois ne sont toujours pas directement intervenus face aux manifestants dans les rues de Hong Kong, mais ces exercices laissent à penser que les forces de Pékin sont prêtes à intervenir si nécessaire.

La Chine s’est dite déterminée à maintenir la formule d’« un pays, deux systèmes » qui régit Hong Kong depuis sa rétrocession, en 1997. De plus, elle nie s’ingérer dans les affaires de Hong Kong et accuse plutôt les gouvernements étrangers d’envenimer la situation dans les rues du centre financier asiatique.

Le journal Australia’s Age a toutefois rapporté samedi qu’un agent de renseignement chinois aurait réclamé l’asile en Australie après avoir annoncé qu’il détenait des détails concernant de l’interférence politique de Pékin à Hong Kong, à Taïwan et en Australie.

L'Université polytechnique toujours occupée

De jeunes manifestants prodémocratie se présentent d’ailleurs pour certains sièges historiquement détenus par des candidats pro-Pékin.

L’un de ces candidats, Chris Chan, a déclaré que cette élection refléterait l’opinion publique après la contestation des derniers mois.

Il est temps de se calmer et de dire au gouvernement ce que nous voulons de manière civilisée, estime-t-il.

C’est capital que les Hongkongais montrent leur volonté et leur identité en ce moment très important, invite pour sa part le candidat Leung Kwok-Hung, un militant antigouvernemental depuis plusieurs années.

L’un des manifestants occupant l’Université polytechnique de Hong Kong, épicentre des contestations, a juré de rester aussi longtemps que possible.

Des barricades abandonnées près du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong.

Des barricades abandonnées près du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong.

Photo : Getty Images / Nicolas Asfouri

Bien qu'on ignore leur nombre exact, il reste très peu de manifestants à l’intérieur du campus. Beaucoup craignent d’être arrêtés, selon le président de l’association étudiante de l’Université, Woo Kwok Wang.

Près de 1000 personnes ont été appréhendées pendant le siège de l’établissement et 300 d’entre elles sont âgées de moins de 18 ans.

Avec les informations d'Anyck Béraud et de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International