•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bolivie : un dialogue entre le gouvernement provisoire et les contestataires annoncé

Une manifestante arrêtée par plusieurs policiers

Une manifestante est arrêtée par des policiers à La Paz, lors de manifestations contre le gouvernement.

Photo : The Associated Press / Natacha Pisarenko

Agence France-Presse

Le gouvernement provisoire de Bolivie et les différentes factions qui le contestent commenceront samedi un dialogue pour mettre fin à une crise politique et sociale ayant déjà fait 32 morts, a affirmé vendredi le ministre des Travaux publics Yerko Nuñez.

« À 16 h, nous allons commencer à dialoguer pour pacifier le pays », a-t-il indiqué dans une déclaration à la presse en tant que porte-parole de l'exécutif qui a pris le pouvoir après la démission du président Evo Morales.

M. Nuñez a dit avoir l'accord de toutes les tendances impliquées dans les manifestations déclenchées depuis le départ de M. Morales, exilé au Mexique.

Demain samedi, nous instaurerons le dialogue pour avoir un pays à 100 % débarrassé des barrages et pour qu'il puisse se pacifier et revenir à la normale, a ajouté le ministre.

Selon lui les pourparlers doivent avoir lieu au palais présidentiel.

Il y a une grande volonté de résoudre et mettre un terme à cet épisode de la meilleure manière, a-t-il estimé.

Evo Morales, 60 ans, premier président indigène de Bolivie, a démissionné le 10 novembre sous la pression de manifestations de l'opposition et après avoir été lâché par l'armée.

Depuis le Mexique, il s'est dit victime du coup d'État le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crises politiques

International