•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'agglomération de Montréal réclame plus de droits pour protéger les milieux naturels

Un boisé à Léry

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les 82 villes de la grande région de Montréal demandent à Québec de leur accorder davantage de pouvoirs pour protéger les milieux naturels et réclament des modifications à la Loi sur l'expropriation. Les élus municipaux veulent ainsi réduire les risques de poursuites coûteuses de promoteurs, comme c'est le cas présentement.

Actuellement, environ 10 % du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) est protégé du développement domiciliaire ou commercial.

La CMM veut l'augmenter à 17 %, mais pour y arriver, elle veut pouvoir exproprier des terrains à un coût jugé raisonnable, par exemple selon l'évaluation municipale.

Ces villes veulent que les dédommagements offerts aux propriétaires soient calculés selon la valeur marchande des terrains et non selon leur valeur potentielle s'ils étaient développés, souvent beaucoup plus élevée.

La présidente de la CMM et mairesse de Montréal, Valérie Plante, demande à Québec de modifier en conséquence la Loi sur l'expropriation.

Il faut amener les industries ou, du moins, le milieu immobilier à embarquer dans le train, parce qu'on ne peut plus penser le développement territorial comme avant.

Valérie Plante

Des poursuites

Des promoteurs du projet Cap Nature poursuivent d'ailleurs Montréal pour environ 180 millions de dollars. L'administration Plante a l'intention de créer un grand parc urbain dans l’ouest de l’île de Montréal, qui comprend les terrains du projet immobilier Cap Nature.

À Léry, près de Châteauguay, d'autres promoteurs poursuivent la Ville pour une cinquantaine de millions de dollars afin d'obtenir le droit de construire des maisons dans un boisé. Un règlement adopté en 2015 par la petite Municipalité pour protéger le corridor vert Châteauguay-Léry les en empêche.

Le maire, Walther Letham, explique qu'il se sent coincé.

Ils veulent 48 millions, mais l'estimé de la Ville est d'à peu près 3 millions. Même si on dit 20 millions, la Ville ne les a pas.

Walther Letham, maire de Léry

Je vais changer le zonage, laisser couper les arbres, laisser bâtir les maisons et on s'en va par en avant. Je ne mettrai pas la Ville de Léry en faillite. Notre budget est [de] 4,5 millions, notre population est de 2300.

Le cabinet de la ministre des Affaires municipales du Québec indique qu'il étudiera attentivement les propositions de la CMM avant de prendre position dans ce dossier. Un groupe de travail doit être mis sur pied.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine et d'Olivier Bachand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Affaires municipales