•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Alberta sommé de préserver l’intégrité des enquêtes en cours

Le Commissaire aux élections menait des enquêtes sur des dons illégaux pendant la course à la chefferie du Parti conservateur uni

Un rayon de soleil frappe le fronton de l'assemblée albertaine.

« Il y aura une continuité dans le travail d’enquête », assure la porte-parole d'Élections Alberta au lendemain de l'abolition du poste de commissaire albertain aux élections.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Simon-Pierre Poulin

Le Commissaire albertain aux élections a officiellement perdu son emploi vendredi quand le projet de loi 22 a reçu la sanction royale. Si le gouvernement assure que les enquêtes en cours se poursuivront, l’opposition en doute sérieusement et exige des preuves que tous les documents relatifs au travail d’enquête en cours ont bien été conservés.

Les néo-démocrates ont demandé vendredi à Élections Alberta de présenter aux élus un rapport sur les démarches effectuées pour garantir que les preuves accumulées seraient intégralement préservées.

« Toute perte ou destruction de ces preuves altérerait irrémédiablement la confiance du public dans l’intégrité du processus démocratique en Alberta », peut-on lire dans la demande transmise par l’opposition à Élections Alberta.

En vertu de la nouvelle loi, cette agence hérite des enquêtes que menait le Commissaire aux élections incluant celle sur les dons illégaux pendant la course à la chefferie du Parti conservateur uni.

« Il y aura une continuité dans le travail d’enquête », indique la porte-parole d’Élections Alberta, Pamela Renwick. Elle précise que tous les employés qui travaillaient pour le Commissaire aux élections poursuivront leur travail, mais à l’emploi d’Élections Alberta.

Tous, sauf le Commissaire lui-même, Lorne Gibson. La chef de l’opposition Rachel Notley s’inquiète de l’effet réfrigérant de ce congédiement pour la suite de choses. « Ceux qui menaient les enquêtes viennent de voir leur patron être congédié publiquement pour avoir obligé Jason Kenney et ses acolytes à rendre des comptes », s’insurge-t-elle.

Elle note aussi que le bureau du Commissaire aux élections avait été créé justement parce qu’Élections Alberta ne disposait pas des ressources nécessaires pour mener à bien toutes les enquêtes.

Jason Kenney de retour

Après une semaine d’absence pour un voyage au Texas, le premier ministre a enfin répondu aux questions des journalistes au sujet du projet de loi. Il estime que les craintes de l’opposition sont exagérées et que les modifications rétablissent un système qui a déjà fait ses preuves.

« De 1905 à 2018, c’est le directeur général des élections qui s’est chargé de telles enquêtes, a-t-il expliqué, et c’est la même formule dans les autres provinces ». Le chef conservateur estime que les changements garantissent encore plus d’indépendance aux enquêteurs puisque la nomination de leur chef ne relèvera plus directement de l’Assemblée législative.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale