•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève du CN : des pénuries alimentaires dès la semaine prochaine?

Une allée de supermarché fort colorée.

Des spécialistes du transport s'attendent à ce que des pénuries se produisent la semaine prochaine pour certains produits alimentaires.

Photo : Reuters / Eva Plevier

Thibault Jourdan

Alors que la grève au Canadien National (CN) se poursuit, des spécialistes du transport et de la distribution alimentaire estiment que des pénuries pourraient survenir dans les magasins dès la semaine prochaine.

Vendredi, le conflit du travail au CN, qui détient près de 53 % des voies de chemin de fer au pays selon un document de Transport Canada (Nouvelle fenêtre), est entré dans son quatrième jour. Les effets sur l’approvisionnement de certains magasins commencent à se faire sentir, d'après Sylvain Charlebois, professeur de distribution et politiques agroalimentaires à l'Université Dalhousie, à Halifax.

Certains magasins reçoivent moins de conteneurs. Certains Costco, qui reçoivent normalement six à huit conteneurs par jour, n’en reçoivent plus depuis quelques jours, dit-il.

À ce rythme, et si les activités du CN ne reprennent pas, le spécialiste s’attend à voir de moins en moins de produits dans les magasins. Je ne serai pas surpris de voir certaines tablettes se vider en début de semaine prochaine. Dans le domaine agroalimentaire, ce seront probablement les produits transformés non périssables qui viendraient à manquer en premier. La plupart des produits périssables sont transportés par voie routière, souligne-t-il.

Économie à flux tendu

Dix jours après le début de la grève, nous aurons de sérieux problèmes, affirme l’ancien directeur de l’Institut des transports à l’Université du Manitoba, Barry Prentice.

Cette situation peut être accentuée par le fait que beaucoup d’entreprises, de magasins et de commerces fonctionnent en flux tendu, ce qui veut dire que les stocks de produits sont réduits au maximum.

Dans notre système économique, personne ne veut avoir de grosses réserves et, par conséquent, on dépend alors beaucoup du système de transport pour déplacer les produits, explique M. Prentice.

C’est une stratégie efficace quand tout va bien!

Barry Prentice, ancien directeur de l’Institut des transports à l’Université du Manitoba

Peu de produits alimentaires transportés par train

Néanmoins, les Canadiens ne devraient pas se retrouver sans nourriture dans les magasins de sitôt. En effet, peu de produits alimentaires sont transportés par train.

Ce sont surtout les produits de gros qui sont acheminés par wagons, relève Barry Prentice. Les produits agricoles bruts comme le blé, ou encore les produits miniers, forestiers et pétroliers sont les principales marchandises transportées par train, selon Statistique Canada (Nouvelle fenêtre).

Mais les volumes sont importants et la plupart sont destinés à l’exportation, ajoute Barry Prentice. Il faut se rappeler que ce n’est pas seulement une usine de transformation du grain à Montréal qui va souffrir, mais aussi une autre en Indonésie qui n’obtiendra pas son grain à temps. Cela met à mal la fiabilité canadienne auprès des acheteurs étrangers.

Le Manitoba préoccupé par l'approvisionnement de Churchill

Du côté du Manitoba, on ne semble pas s’attendre à avoir de pénuries de produits sous peu. Selon un communiqué de la province, l’inquiétude est plutôt du côté des exportations agricoles.

Toute réduction du service ferroviaire du CN aura un impact important sur notre économie, particulièrement dans l’agriculture. Le port de Thunder Bay est très important pour le Manitoba, et sa fenêtre d’exportation se ferme alors que le gel [du lac Supérieur] approche. Un service maximal est critique pour nous à cette période de l’année, explique un porte-parole provincial.

Cependant, ajoute-t-il, le Manitoba est préoccupé par le fait que l’approvisionnement des communautés le long de la ligne de chemin de fer allant à Churchill, ainsi que Churchill et son port, soit menacé si la grève se prolonge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Relations de travail