•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada doit libérer Meng Wanzhou, répète le nouvel ambassadeur de Chine au Canada

L'homme est assis à une table devant des micros.

Le nouvel ambassadeur chinois au Canada, Cong Peiwu, participait vendredi à une table ronde avec des journalistes à l'ambassade de Chine à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le Canada devra libérer la directrice financière de Huawei, Meng Whanzou, s’il tient à voir ses relations avec la Chine s’améliorer, a répété le nouvel ambassadeur de Chine au Canada, Cong Peiwu, devant les journalistes, vendredi, à l'ambassade de Chine à Ottawa.

M. Cong participait à une table ronde, lui qui est entré en fonction le 1er novembre. Il en a profité pour répéter l’avertissement qu’avait lancé le ministère chinois des Affaires étrangères, le 6 novembre dernier.

Le Canada devra libérer Mme Meng et la laisser revenir en Chine de façon sécuritaire afin de créer des conditions qui pourront permettre de revenir à des relations normales.

Cong Peiwu, vendredi

Le nouvel ambassadeur a qualifié l’arrestation de Meng Wanzhou d’incident politique très sérieux. Selon lui, Mme Meng a été arrêtée de façon arbitraire et son arrestation viole les droits de la personne.

La directrice financière de Huawei a été arrêtée à Vancouver en décembre 2018 à la demande de la justice américaine, qui la soupçonne d'avoir contourné des sanctions imposées à l'Iran et qui réclame son extradition. Son audience d'extradition doit avoir lieu en janvier.

Arrestations arbitraires ou conformes à la loi?

Questionné sur l’arrestation des deux Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor, appréhendés par la police chinoise quelques jours après l’arrestation de Meng Wanzhou, Cong Peiwu a parlé dans leurs cas d’arrestations conformes à la loi.

Les deux hommes ont été arrêtés conformément à la loi chinoise. Ils sont soupçonnés d'activités mettant en danger la sécurité nationale de la Chine, mais ce ne sont pas des détentions arbitraires. Et leurs droits sont entièrement protégés.

Cong Peiwu

L’ambassadeur a rappelé que Michael Kovrig, un diplomate en congé sans solde qui travaillait pour l'International Crisis Group, est suspecté d'avoir recueilli des secrets d'État et des renseignements à destination de l'étranger.

Quant à Michael Spavor, directeur d'une organisation favorisant les échanges sportifs, culturels, touristiques et commerciaux avec la Corée du Nord, il est suspecté d'avoir volé et transmis illégalement des secrets d'État à destination de l'étranger.

Même s’il dit que sa mission et sa priorité sont de prioriser les intérêts de notre nation, l’ambassadeur chinois a souligné que les relatives bonnes relations qui existaient entre la Chine et le Canada depuis les 50 dernières années, malgré quelques rebondissements, ont servi les deux nations.

Ma mission est aussi de promouvoir les échanges et la compréhension entre les deux pays, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique