•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google veut que ce robot autodidacte serve à accomplir des tâches quotidiennes

Un robot trie des déchets.

Le robot se concentre pour l'instant sur le tri des déchets des bureaux d’Alphabet.

Photo : X

Radio-Canada

Alphabet, la société mère de Google, a dévoilé cette semaine son projet « Everyday Robot », qui a pour but de développer un « robot autodidacte à usage général » qui se servirait uniquement de caméras et d’algorithmes d’apprentissage automatique afin d’approfondir ses connaissances.

C’est la division expérimentale d’Alphabet, X (anciennement Google X), qui mène le projet. L’équipe veut d’abord tester son robot dans des environnements de travail. Pour l’instant, il se concentre sur le tri des déchets des bureaux d’Alphabet.

Le robot a un long « corps » auquel est attaché un bras mécanique équipé d’une pince, se déplace à l’aide de roues et a un « visage » semblable à celui de Wall-E, du film d’animation de Pixar, où se trouvent des caméras de vision.

Le robot de X, la division expérimentale d’Alphabet, trie des déchets.

Le robot a un long « corps » auquel est attaché un bras mécanique équipé d’une pince.

Photo : X

Pour qu’un robot soit utile dans un environnement normal, nous devons nous éloigner du codage laborieux de tâches spécifiques et structurées à des moments précis. Nous avons conclu que si l’on veut apprendre à des machines comment compléter des tâches utiles, on ne peut les programmer, explique le chef du projet de robotique de X, Hans Peter Brondmo, dans un billet de blogue. 

Apprentissage par simulation

Afin d’accélérer le processus d’apprentissage, des dizaines de milliers de robots virtuels s’entraînent à trier des déchets dans un simulateur infonuagique tous les soirs. Ces données sont ensuite acheminées vers les vrais robots, qui renvoient leurs données du monde réel vers le simulateur, et ainsi de suite.

D’autres techniques d’apprentissage automatique, dont l’apprentissage par renforcement et l’apprentissage de groupe, sont aussi employées.

GIF animé du robot de X qui trie des déchets. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le robot a réussi à faire passer la proportion de déchets mal classés des bureaux d’Alphabet de 20 % à 5 %.

Photo : X

X qualifie la progression préliminaire de son robot trieur de prometteuse. Jusqu’à maintenant, il a réussi à faire passer la proportion de déchets mal classés des bureaux d’Alphabet de 20 % à 5 %.

Mettre à profit ses compétences

Le prochain défi de X sera d’affecter son robot à une nouvelle tâche pour voir s’il pourra appliquer certaines des connaissances qu’il a acquises en triant des déchets (par exemple, tenir différents objets avec ses pinces). Cela pourrait se révéler impossible, mais on tentera notre chance, explique Hans Peter Bondmo.

Nous sommes à plusieurs années d’un avenir dans lequel les robots nous aideront à accomplir des tâches quotidiennes. Par contre, les résultats de nos expériences récentes suggèrent que nous sommes sur la bonne voie, ajoute le chef du projet de robotique de X.

Avec les informations de The Verge, et MIT Technology Review

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Robotique

Techno