•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève du CN : les Maritimes se préparent à une possible pénurie de gaz propane

Un travailleur ferroviaire traverse une voie ferrée devant une locomotive du CN dans une gare de triage.

Un train du Canadien National à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Les fournisseurs de gaz propane en Nouvelle-Écosse redoutent une pénurie, alors que la grève à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) se poursuit pour une quatrième journée.

La grève au CN a été déclenchée mardi matin.

Sans contrat de travail depuis le 23 juillet, quelque 3200 cheminots représentés par Teamster Canada se disent préoccupés par les longues heures de travail, des enjeux entourant la fatigue, et ce que le syndicat considère comme des conditions de travail dangereuses.

La majorité du gaz propane livré en Nouvelle-Écosse arrive dans la province par transport ferroviaire. Au moins un fournisseur néo-écossais a déjà pris des mesures pour mitiger les effets potentiels d’un long conflit de travail.

Wilsons Heating, fournisseur dans plusieurs régions de la province, a commencé à accorder la priorité aux clients qui utilisent le propane pour le chauffage de leur domicile ou de leurs entreprises.

Ian Wilson, président de Wilsons Heating, exhorte aussi les clients qui ont une autre option pour se chauffer à privilégier cette dernière plutôt que le propane en attendant un règlement du conflit.

Un panneau CN à côté de plusieurs grévistes tenant des affiches.

La grève au CN a commencé le 19 novembre.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Il indique que sa compagnie livre le gaz propane à ses clients en plus petites quantités, plutôt que de remplir au complet leur réservoir.

Selon le gouvernement du Nouveau-Brunswick, les répercussions de la grève se font déjà sentir dans la province. Par voie de communiqué de presse, le premier ministre Blaine Higgs indique être « très préoccupé » par cette situation.

« Même si la grève prend fin rapidement, nous continuerons à subir ses répercussions au cours des jours et semaines à venir sous la forme de hausses des prix de l’essence et des produits d’épicerie, ainsi que d’un important retard touchant les marchandises », soutient Blaine Higgs.

Il demande à Justin Trudeau d'agir rapidement.

« Je presse le gouvernement fédéral de prendre des mesures pour encourager les deux parties à retourner à la table de négociation le plus rapidement possible. Autrement, cette interruption de services pourrait avoir de sérieuses conséquences économiques pour notre province et pour le reste du pays. »

La compagnie étudie d’autres possibilités pour acheminer le propane dans la province, par exemple par camion. Ian Wilson avertit cependant que cela serait plus dispendieux et ne pourrait pallier complètement un ralentissement du transport ferroviaire.

Vendredi matin, la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) a accusé le CN de refuser de transporter le propane et de « fabriquer » une pénurie.

Au Québec, le premier ministre François Legault a signalé que les réserves de propane de la province risquent d'être épuisées d'ici quelques jours. La situation serait déjà critique pour les agriculteurs québécois, estime l’Union des producteurs agricoles (UPA), car le propane représente près de 15 % de la consommation énergétique totale du secteur agricole québécois.

En Alberta, les autorités provinciales pressent le gouvernement Trudeau de convoquer les élus avant la rentrée parlementaire prévue le 5 décembre afin de faire adopter une loi spéciale pour mettre fin à ce conflit de travail. En Ontario, le premier ministre Doug Ford réclame une « action immédiate » du fédéral.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Relations de travail