•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après son cri d'alarme, Morberg House reçoit 430 000 $

Une maison bleue et blanche l'hiver.

Le refuge Morberg House, dans le quartier Saint-Boniface, à Winnipeg, offre une douzaine de lits aux hommes aux prises avec des problèmes de dépendance, d'itinérance et de santé mentale.

Photo : Radio-Canada / Daniel Gagné

Radio-Canada

Une semaine après avoir sonné l’alarme sur sa difficile situation financière, Morberg House annonce avoir reçu 430 000 $, dont un don anonyme de 400 000 $.

La directrice de la maison de transition pour les hommes sans-abri située dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg, indiquait la semaine dernière qu’elle pourrait avoir à fermer la maison, faute de fonds pour payer les factures des prochains mois.

Marion Willis disait alors avoir besoin de 200 000 $ pour tenir jusqu’en avril. Une semaine plus tard, la maison en a reçu plus du double et pourra rester ouverte, annonce celle qui est aussi la fondatrice de Morberg House et de St. Boniface Street Links, l’organisme qui gère la maison.

Les dons proviennent de particuliers, d’entreprises et de syndicats situés au Manitoba, mais aussi de partout au pays : Vancouver, Victoria, Calgary, Edmonton, Red Deer, Ottawa , Toronto et Cornerbrook.

C’est incroyable! Nous en sommes à 430 000 $, et les dons continuent d’entrer, s'exclame Marion Willis.

Je n’aurais pas pu vous en parler hier, je me serais mise à pleurer au micro raconte-t-elle.

Elle souligne un don important de 400 000 $ pour lequel elle s’est légalement engagée à ne pas divulguer l’identité du donateur. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit d’une personne vivant à l'extérieur du Manitoba, qui a suivi les informations de CBC/Radio-Canada sur la crise de la méthamphétamine et les reportages sur Morberg House, indique Marion Willis. Cette personne a été impressionnée de constater qu’un petit organisme comme le nôtre a réussi à développer un modèle de traitement de la toxicomanie qui a du succès.

Marion Willis rappelle que la situation financière de la maison a été une source d’inquiétude pour les clients et le personnel, qui sont aujourd’hui soulagés et peuvent fêter.

C’est un énorme gain pour St. Boniface Street Links, mais les vrais gagnants sont ceux qui ont vraiment besoin du programme, dit-elle. Ça aurait eu un effet dévastateur sur notre clientèle si nous avions eu à fermer nos portes.

L’argent amassé servira à payer les dettes de la maison et pourra donner une marge de manœuvre au gestionnaire durant la nouvelle année.

Ce n’est pas fini, précise Marion Willis. Cet argent s’envolera assez rapidement. Nous devons continuer notre campagne de financement, mais au moins, nous pourrons respirer à court terme en sachant que le bateau n’est pas en train de couler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Engagement communautaire