•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir incertain pour Récupération des Basques

Chaîne de travail au centre de tri.

Le tri manuel au centre de tri de Récupération des Basques permet de recycler 100 % du verre recueilli, selon les responsables. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

Michaële Perron-Langlais

L’organisme Récupération des Basques craint que son contrat pour la collecte et le tri des matières recyclables dans la MRC des Basques ne soit pas renouvelé. Cela entraînerait la fin de ses activités et la perte d’une vingtaine d’emplois dans la région.

Plus tôt cette année, la MRC a lancé un appel d’offres afin d’attribuer le contrat pour le tri de ses matières recyclables à partir de janvier 2020, ce qui correspond à la fin de l’entente actuelle entre les municipalités et l’organisme à but non lucratif de Notre-Dame-des-Neiges.

La seule soumission déposée, celle de Récupération des Basques, a été refusée par la majorité des maires du territoire, qui la jugeait trop élevée.

La MRC des Basques explique que le prix par tonne de matières proposé par le centre de tri est environ trois fois plus élevé que ce qu’offrent d’autres centres de tri de la province.

Les élus souhaitent maintenant prolonger le contrat de Récupération des Basques jusqu’au 31 mars 2020 et lancer un nouvel appel d’offres, ce qui permettrait à l’organisme de faire une nouvelle proposition à la MRC.

Le directeur général du centre de récupération, Danny Lauzier, croit toutefois qu'il est impossible pour son organisme de présenter un prix plus compétitif.

Ce qu'ils nous demandent, c'est de couper dans nos dépenses, mais pour couper dans nos dépenses, il faudrait couper dans la qualité et la quantité de matières qu’on recycle. À la base, on le fait pour sauver la planète finalement, donc je refuse de jeter des matières aux poubelles alors qu'elles sont recyclables.

Danny Lauzier, directeur général de Récupération des Basques

Si on peut retourner en appel d'offres, on va probablement présenter sensiblement les mêmes chiffres, précise-t-il. Il y aura peut-être quelques petits ajustements, mais rien de majeur. Si l'appel d'offres a été rejeté une fois par la MRC, j'imagine qu'elle risque de l'être une deuxième fois.

Le seuil de tolérance économique est atteint, selon la MRC

La MRC des Basques reconnaît que la qualité du tri effectué à Notre-Dame-des-Neiges est supérieure à celle de nombreux centres de tri de la province, puisqu’il s’agit d’un tri manuel.

Toutefois, cette qualité exceptionnelle ne permet pas d’obtenir un prix plus élevé auprès des recycleurs, étant donné le faible volume de matières traitées, selon la MRC.

Le préfet de la MRC explique que les résidents des Basques paient le prix fort pour le tri de leurs matières recyclables depuis plusieurs années, notamment pour soutenir le rôle social de l’organisme, dont près de la moitié des employés sont en insertion socioprofessionnelle. Le seuil de tolérance économique des municipalités du territoire a toutefois été atteint, précise-t-il.

Danny Lauzier affirme que la vingtaine de personnes qui travaillent actuellement pour Récupération des Basques devront toutes être mises à pied si l’organisme n’obtient pas le contrat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Recyclage