•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau et Doug Ford enterrent la hache de guerre

Les explications de Christian Noël.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Radio-Canada
Mis à jour le 

Lors d'une rencontre que Doug Ford a qualifié de « phénoménale » avec Justin Trudeau, les deux hommes se sont engagés à mettre leurs différends de côté pour se concentrer sur les priorités des citoyens et l'unité du pays.

Justin Trudeau, qui évoquait il y a quelques semaines encore les politiques du gouvernement de Doug Ford pour dissuader les électeurs de voter pour les conservateurs fédéraux, a accueilli son homologue ontarien de façon détendue et avec le sourire vendredi avant-midi.

C’est un plaisir d’accueillir le premier ministre Ford à Ottawa, a-t-il déclaré d’entrée de jeu.

C’est une opportunité pour nous de nous asseoir et de parler d’investissement, de transports collectifs, d’infrastructures, de soutien aux entreprises ou des sujets plus concrets pour les Ontariens, comme l’accès à Internet haute vitesse partout dans la province.

Je ne m’attends pas à ce qu’on soit d’accord sur tout, mais je sais qu’on va pouvoir travailler de façon collaborative et respectueuse au profit des gens de l’Ontario et du reste du pays.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Visiblement prêt à jouer l’apaisement lui aussi, Doug Ford a à son tour expliqué : Nous sommes ici tous les deux pour avancer sur les questions du transport, des infrastructures, des soins de santé et du développement économique.

Beaucoup de gens ont voté pour le premier ministre, pas tous, mais beaucoup, et c’est la même chose pour moi. Les gens s’attendent à ce que nous retroussions nos manches et que travaillions ensemble.

Doug Ford, premier ministre de l’Ontario

Comme le premier ministre [Trudeau] l’a mentionné, nous nous entendons sur plusieurs sujets et c’est ce sur quoi nous allons nous concentrer, a conclu Doug Ford avant de se retirer en compagnie de Justin Trudeau sans répondre aux questions des journalistes.

Une rencontre phénoménale

Au sortir de l'entretien, Doug Ford a expliqué avoir livré un plaidoyer économique en faveur de l’unité nationale.

Il a prévenu que le fossé qui se creuse entre les régions du pays est mauvais non seulement pour les affaires, mais pour l’économie de tout le pays.

Nous avons peut-être quelques obstacles à surmonter, mais nous devons donner aux entreprises des certitudes. Si vous ne donnez pas de certitudes aux entreprises, elles partiront, a prévenu le premier ministre ontarien.

Doug Ford a également incité Justin Trudeau à se préoccuper des difficultés que traversent la Saskatchewan et l'Alberta.

Nous devons trouver un terrain d'entente et soutenir nos amis de l'Ouest, a-t-il déclaré aux journalistes. Nous devons calmer les tensions et préserver l'unité du pays.

Doug Ford, premier ministre de l’Ontario

Sans rancune

Interrogé jeudi par les journalistes sur l'état des relations entre Justin Trudeau et lui, Doug Ford a déclaré ne pas en vouloir à son homologue fédéral pour les propos qu’il a tenus en campagne électorale, ajoutant n’en garder aucune rancune.

Ce n'est jamais personnel. La politique est la politique. Je suis capable d'en prendre. Je comprends ce qu'il faisait, a expliqué Doug Ford, qui a lui-même aligné des déclarations pour le moins surprenantes lors de sa propre campagne électorale.

Quand nous nous sommes parlés, je lui ai dit qu'il était temps de se relever les manches et de commencer à travailler. Il était d'accord, a conclu jeudi le premier ministre de l’Ontario.

Hier, Doug Ford a d’ailleurs annoncé la création d'un nouveau Conseil des relations fédérales-provinciales. Les ministres de son Cabinet qui en feront partie seront chargés de collaborer avec leurs homologues fédéraux sur les questions d'infrastructures, de soins de santé et de croissance économique.

Cette rencontre avec Doug Ford s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par Justin Trudeau pour rebâtir des ponts avec les provinces à la suite de l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire et par conséquent beaucoup plus fragile que le précédent.

Outre Doug Ford, Justin Trudeau a également rencontré ces dernières semaines le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, et le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Dennis King.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique