•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump laisse éclater sa frustration en direct

Donald Trump s'adresse à un groupe de journalistes.

Il reste impossible de dire si la procédure de destitution pourra être entreprise avant les élections présidentielles de 2020.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

Agence France-Presse

« Ces gens sont malades! » Donald Trump a laissé éclater sa colère, vendredi, face à la procédure de destitution qui le menace, dans un entretien téléphonique décousu mêlant attaques, insultes et théories du complot.

À l'issue d'une série d'audiences publiques au Congrès sur l'affaire ukrainienne, où les témoins – dont plusieurs diplomates – ont livré de nombreux éléments à charge contre le 45e président des États-Unis, ce dernier a choisi l'émission matinale Fox & Friends pour répondre.

Pendant 53 minutes, dans un flot presque ininterrompu et par moments incohérent, le locataire de la Maison-Blanche a montré combien il avait été piqué au vif par cette enquête, qui pourrait laisser une trace indélébile sur son mandat.

Je veux un procès! lâche-t-il au bout du fil en évoquant la suite de la procédure.

Si la Chambre des représentants, aux mains des démocrates, passe rapidement au vote sur une mise en accusation, il appartiendra ensuite au Sénat, contrôlé par les républicains, de le juger.

Or, les élus républicains, qui font bloc autour de leur président, laissent entendre depuis plusieurs jours qu'au lieu d'expédier le processus et de se tourner rapidement vers la campagne de 2020, ils pourraient s'en servir comme d'une plateforme pour mener la contre-offensive médiatique.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le président américain, Donald Trump, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a eu un entretien téléphonique avec le président Donald Trump au mois de juillet concernant le fils de Joe Biden, un candidat démocrate à la présidentielle américaine de 2020.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Les démocrates accusent le président républicain d'avoir fait pression sur l'Ukraine, notamment en gelant une aide militaire équivalant à plus de 530 millions de dollars, afin que ce pays enquête sur son potentiel rival démocrate Joe Biden. Donald Trump nie toute pression et dénonce une chasse aux sorcières.

Steve Doocy, Brian Kilmeade et Ainsley Earhardt, les trois animateurs de l'émission matinale de Fox News, tentent, par moments, de recentrer les débats et de structurer les échanges.

Monsieur le président, l'accusation est la suivante : vous avez utilisé l'aide – l'argent des contribuables – pour attaquer un adversaire politique.

Le milliardaire républicain esquive, s'emporte contre l'Allemagne et la France, qui, selon lui, ne fournissent pas assez d'aide à l'Ukraine.

Tirs à boulets rouges

Élus, diplomates, experts : un à un, tous les acteurs de la procédure sont attaqués avec virulence.

À propos d’Adam Schiff, l'élu démocrate qui a jugé jeudi que les faits reprochés à Donald Trump étaient bien plus graves que ceux commis par l'ancien président Richard Nixon, poussé à la démission en 1974?

Il invente tout. Il est malade. Cet homme a un problème. Je veux que ce type... J'ai failli dire quelque chose qui aurait pu être un peu controversé. J'apprends, vous voyez, j'apprends...

Nancy Pelosi, chef du groupe démocrate au Congrès?

Elle n'a rien fait [...]. Elle est comme paralysée [...]. Elle est folle comme une punaise de lit.

Marie Yovanovitch, ancienne ambassadrice américaine en Ukraine qui a dénoncé, lors d'un témoignage poignant au Congrès, les attaques intimidantes du président américain à son encontre?

Cette ambassadrice dont tout le monde dit qu'elle est si formidable, elle ne voulait pas accrocher ma photo dans l'ambassade, avance-t-il. Cette femme n'était pas un ange.

Et l'ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, qui a affirmé sans détour qu'il y avait bien eu une requête de type donnant-donnant?

C'est absolument n'importe quoi, rétorque Donald Trump. Je le connais à peine.

Dans ce flot d'attaques, un homme, un seul, est épargné : son ami et avocat personnel, Rudy Giuliani, soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans les discussions controversées avec Kiev.

Giuliani au micro d'un podium portant l'inscription Trump lors d'un rassemblement partisanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rudy Giuliani était impliqué dans la campagne électorale de Donald Trump en 2016. Il est devenu son avocat personnel en 2018.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Rudy est un grand combattant du crime [...]. Il a été le plus grand maire de l'histoire de New York [...]. Rudy est une figure légendaire dans notre pays.

Des allégations contre l'Ukraine et Hillary Clinton

Donald Trump profite aussi de cet entretien téléphonique déstructuré pour pousser, une nouvelle fois, la théorie selon laquelle l'Ukraine aurait cherché à interférer dans la présidentielle américaine de 2016 afin de faire gagner Hillary Clinton.

Vous allez voir des choses qui seront incroyables, lance le président, qui prédit peut-être le plus grand scandale politique de l'histoire de notre pays.

Les présentateurs peinent à l'interrompre : Quelles sont vos sources? Je peux juste vous dire que nous disposons de beaucoup d'informations démontrant que beaucoup de choses terribles se sont passées.

Ironie de l'histoire : cette théorie du complot a été dénoncée jeudi avec force devant le Congrès par Fiona Hill, ancienne haute responsable au sein du Conseil de sécurité nationale à la Maison-Blanche.

C'est une fiction qui a été créée et propagée par les services de sécurité russes, a-t-elle lancé, implorant les élus de ne pas propager pour des raisons politiques des mensonges qui servent clairement les intérêts russes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International