•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dentistes : prix et traitements font grincer des dents

Des outils de dentistes déposés sur une radiographie de dents.

Les plans proposés pour traiter une dent peuvent radicalement changer d'un dentiste à l'autre.

Photo : iStock

Claire Frémont

Recevoir sa facture après un rendez-vous dentaire est toujours une surprise, car les tarifs ne sont pas affichés. En plus, les plans de traitements varient énormément d’un dentiste à l’autre. La Facture a mené une expérience qui n’est pas à la portée de tous.

Nous avons demandé à un collaborateur, Martial Després, d’aller voir cinq dentistes pris au hasard dans la région montréalaise pour rapporter cinq plans de traitements pour ses problèmes dentaires.

Notre démonstration n’a rien de scientifique, mais c’est ce qui pourrait arriver à un consommateur qui se chercherait un nouveau dentiste. Et les résultats sont extrêmement troublants.

J'ai une variété d'approches, une variété de propositions puis une variété de prix.

Martial Després
Martial Després lors d'une entrevue dans sa cuisine.

Martial Després s'est prêté à l'exercice de consulter cinq dentistes différents pour comparer les plans proposés.

Photo : Radio-Canada

Notre collaborateur s'est vu proposer des plans de traitements extrêmement différents et les prix n’ont rien à voir entre eux.

Un premier dentiste a fait une estimation sommaire à 541 $ alors que les autres lui ont présenté des plans de traitement plus élaborés allant de 1603 $ à 12 405 $.

Il y a donc des plans 20 fois plus chers que d’autres.

Pour ce qui est des dents à soigner, un premier dentiste propose de lui traiter deux dents, un autre cinq dents, un troisième six dents et les deux derniers y vont pour 14 et 15 dents.

Le mystère de la 17

Enfin, on ne traite pas toujours les mêmes dents et, quand on le fait, ce n’est pas de la même manière.

Par exemple, si on prend la dent 17 de Martial Després, un premier dentiste n’en fait pas du tout mention.

Par contre, trois autres la considèrent comme prioritaire et la traiteraient dès le premier rendez-vous.

Un cinquième dentiste ne s’en occuperait qu’à la troisième séance.

C’est déjà surprenant, mais ce qui l’est encore plus, c’est que les propositions pour la traiter varient beaucoup.

Cela va d’une simple réparation avec un amalgame jusqu’à l’ablation de la dent, en passant par un traitement de canal et une couronne.

Tout ça pour des prix qui varient entre 175 $ et 2400 $.

Et pourtant, on parle de la même dent.

L'Ordre suggère de porter plainte

Nous avons demandé aux trois facultés de médecine dentaire du Québec d’analyser ces plans de traitement, afin de comprendre pourquoi on y trouve une telle différence de traitements et de prix.

Toutes ont refusé en nous précisant que c’est à l'Ordre des dentistes du Québec de le faire, puisque son rôle est de protéger le public. Or, l’Ordre a refusé de le faire.

Les plans de traitement peuvent facilement être différents [...] si votre dent numéro 16, une molaire, est fracturée, je peux faire une obturation composite pour quelques centaines de dollars ou je dois peut-être faire un traitement de canal, avec une tige et une couronne pour 2500 $, nous a expliqué en septembre son président Barry Dolman.

Barry Dolman dans son bureau lors d'une entrevue.

Barry Dolman, président de l’Ordre des dentistes du Québec de 2011 à octobre 2019

Photo : Radio-Canada

L'ordre a suggéré que notre collaborateur porte plainte officiellement à son syndic.

Comme les cliniques dentaires ont été choisies au hasard, nous ne voulions pas en cibler une plus qu'une autre. De plus, le processus d’enquête est très long, allant de plusieurs mois à plusieurs années.

Notons qu’en 2017-2018, le syndic a ouvert 431 dossiers d’enquête et il n’a décidé de porter plainte que dans six cas.

Encore faut-il en avoir les moyens...

Martial Després était dans la peau d’un consommateur qui se cherche un dentiste et cette expérience l'a fait grincer des dents (d’ailleurs, un des cinq dentistes qu’il a rencontrés lui a proposé d’acheter un appareil contre le bruxisme).

Je trouvais qu’ils tentaient peut-être de vérifier c'est quoi mon revenu pour essayer de me proposer un plan qui irait en fonction de ce qu’ils voulaient me vendre, avance Martial Després, qui n’ira pas chez le dentiste prochainement puisqu’il n’en a pas les moyens.

Il est d’ailleurs loin d’être le seul dans cette situation.

Au Québec, on voit qu'il y a 27 % des gens qui, dans les 12 derniers mois, ne sont pas allés chez le dentiste, faute d'argent, explique Philippe Hurteau, chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) qui a recensé toutes les données statistiques sur la santé dentaire des Québécois.

Une situation qui va en augmentant, car de moins en moins de gens ont des assurances dentaires, explique le docteur Paul Allison, qui enseigne la dentisterie sociale à l’Université McGill.

Ce qu'on voit dans les recherches, c'est que les problèmes d'accès aux soins dentaires à cause de l'argent [...] ça commence à toucher aussi les personnes dans les classes moyennes.

Paul Allison, Université McGill.
Paul Allison en entrevue dans son bureau.

Paul Allison enseigne la dentisterie sociale à l’Université McGill.

Photo : Radio-Canada

Martial Després se demande justement si les soins dentaires de base ne devraient pas être couverts pour tous.

Je pense que ça fait partie de la santé, que ça devrait passer sur la carte d’assurance maladie, juge-t-il.

Pour le moment, la bouche est la seule partie du corps qui n’est pas assurée collectivement.

Or, ils sont plusieurs actuellement à appuyer cette proposition, dont les partis politiques Québec solidaire et NPD.

Même l’Ordre des dentistes du Québec s’est prononcé en faveur d’une couverture universelle des soins dentaires.

Le reportage de la journaliste Claire Frémont et de la réalisatrice Claude Laflamme est diffusé à l'émission La Facture mardi à 19 h 30 à ICI RADIO-CANADA TÉLÉ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

Société