•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux ménages sur cinq ne croient pas pouvoir se sortir de l'endettement

Des cartes de crédit dans un portefeuille.

Alors que 45 pour cent des Canadiens ont déclaré que leurs dépenses augmentent plus vite que leurs revenus, une hausse comparativement au printemps, alors que 33 pour cent des répondants avaient eu la même réponse. Douze pour cent des personnes interrogées ont déclaré que leurs revenus augmentent plus vite que leurs dépenses.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Un nouveau sondage indique que 40 pour cent des Canadiens endettés ne croient pas pouvoir se sortir de l'endettement de leur vivant.

L'enquête sur la dette de la Banque Manuvie du Canada révèle également que 94 pour cent des répondants estiment que le ménage moyen est trop endetté et que 67 pour cent des personnes endettées présument que tout le monde l'est également.

Alors que 45 pour cent des Canadiens ont déclaré que leurs dépenses augmentent plus vite que leurs revenus, une hausse comparativement au printemps, alors que 33 pour cent des répondants avaient eu la même réponse. Douze pour cent des personnes interrogées ont déclaré que leurs revenus augmentent plus vite que leurs dépenses.

Plus de la moitié (55 pour cent) des Canadiens ont déclaré avoir une dette non hypothécaire considérable, en hausse de neuf points de pourcentage par rapport à une enquête effectuée au printemps. Soixante pour cent affirment avoir des cartes de crédit portant un solde, contre 48 pour cent au printemps.

L'enquête en ligne a été menée au moment où les inquiétudes concernant le niveau élevé d'endettement au pays augmentent, la dette totale par consommateur ayant grimpé à 71 979 $ au deuxième trimestre, contre 57 000 $ environ cinq ans plus tôt.

Le sondage, réalisé du 20 au 26 septembre, a été effectué auprès de 2001 Canadiens de 20 à 69 ans dans toutes les provinces et dont le revenu du ménage était supérieur à 40 000 $. Une marge d'erreur ne peut pas être attribuée aux enquêtes sur internet, car les sondages en ligne ne sont pas considérés comme des échantillons aléatoires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Finance et assurances