•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suicides chez les jeunes : une Première Nation en Saskatchewan déclare l’état de crise

Un panneau de la Première Nation Makwa Sahgaiehcan, en Saskatchewan.

Les ressources pour faire face au nombre croissant de suicides au sein de la Première Nation de Makwa Sahgaiehcan, au nord-ouest de Prince Albert, sont insuffisantes, selon un porte-parole de la communauté, Barry Chalifoux.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Première Nation de Makwa Sahgaiehcan, au nord-ouest de Prince Albert, en Saskatchewan, déclare l’état de crise après le suicide d’une fille de 10 ans, jeudi. La communauté demande à la province et à Ottawa de lui fournir les ressources nécessaires pour l’aider à prévenir le suicide chez les jeunes.

Un porte-parole de la Première Nation, Barry Chalifoux, dit que les suicides sont de plus en plus nombreux dans sa communauté et qu’une aide immédiate de la part des deux ordres de gouvernement est nécessaire pour faire face à ce phénomène.

Personne ne semble réaliser que nous vivons une crise. Nous enterrons des enfants, s’insurge-t-il.

Barry Chalifoux ajoute que la mort de la fille de 10 ans représente le troisième suicide en quelques mois et le septième depuis 2016. Presque chaque fois, ce sont des jeunes qui mettaient fin à leurs jours.

Ce sont des morts qui peuvent être évitées. Nous faisons tout ce que nous pouvons, mais ça ne suffit pas, déplore M. Chalifoux, faisant notamment référence aux importantes sommes d’argent pour l’enterrement de ces jeunes et à l’aide offerte aux membres de sa communauté.

Il affirme également que les deux intervenants spécialisés en santé mentale au sein de la Première Nation sont débordés depuis le début de l’année.

Réactions

Services aux Autochtones Canada mentionne travailler en étroite collaboration avec la Première Nation de Makwa Sahgaiehcan, le conseil tribal de Meadow Lake et la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN), afin que les membres de la communauté reçoivent l’aide nécessaire en santé mentale et que des mesures de prévention du suicide soient mises en place.

La mort de la jeune de 10 ans était évitable écrit la porte-parole de Services aux Autochtones Canada, Leslie Michelson, par courriel.

Elle rappelle qu’une ligne d’écoute d'espoir pour le mieux-être (Nouvelle fenêtre) est accessible en tout temps au 1-855-242-3310. De plus, un service de clavardage en ligne (Nouvelle fenêtre) est aussi disponible.

CBC/Radio-Canada a contacté le ministère des Services sociaux de la Saskatchewan mais ce dernier n’a pas fait de commentaires.

Avec les informations de Creeden Martell et de Grégory Wilson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones