•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève au Canadien National fait mal aux producteurs de grain en Estrie

Radio-Canada

La grève au Canadien National (CN) fait mal aux producteurs de grains partout au Québec. Ces derniers doivent faire sécher leurs grains avec du propane qui est acheminé par train. La situation serait « critique » dans la région selon le président des producteurs de grains en Estrie.

C’est un autre coup dur pour les producteurs de la région. Alors que ces derniers ont récemment qualifié l’année 2019 de « désastreuse » pour la récolte de maïs qui était très en retard en raison de la mauvaise météo des derniers mois, voilà que la grève au CN vient encore plus compliquer les choses.

On va abandonner des millions de dollars de maïs dans les champs.

Stéphane Vaillancourt, président des producteurs de grains en Estrie.

Il reste ici 8 à 10 heures de propane, après, on n'en a plus, se désole M. Vaillancourt.

Stéphane Vaillancourt, président des producteurs de grains en Estrie.

Stéphane Vaillancourt, président des producteurs de grains en Estrie.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Sans propane, les producteurs ne pourront plus sécher le maïs, dont la récolte n’est pas encore terminée. C'est impératif, le maïs doit être séché, il ne peut pas se conserver, donc il va moisir, continue-t-il.

Pour lui, les chances que le ravitaillement se fasse sont très minces.

Ça regarde mal, moi je pense qu’on s'enligne plus vers un abandon du maïs au champ [plutôt] que le gouvernement trouve une solution pour l'acheminement de propane.

Stéphane Vaillancourt, président des producteurs de grains en Estrie.

Une situation qui touche également les élevages qui ont besoin de propane pour chauffer leurs installations. Des petits poussins de trois, quatre jours, ça ne supporte pas le froid. Ça prend de la chaleur et elle doit être uniforme. C’est la même chose dans des pouponnières de porcherie, s’inquiète François Bourassa, président de l’Union des producteurs agricoles en Estrie.

« La grève ne peut pas durer  »

Le premier ministre François Legault qualifie la pénurie de propane de très grave. La grève ne peut pas durer. Idéalement, on souhaiterait un règlement entre le syndicat et le CN, mais on ne peut pas exclure d’avoir besoin d’un projet de loi spécial à Ottawa, explique-t-il en point de presse.

De son côté, le ministre fédéral Marc Garneau encourage les deux parties à continuer de négocier.

La grève survient à un bien mauvais moment pour les producteurs de grains.

Les stocks de propane sont à un minimum jamais vu, et c’est le pire moment de l’année pour notre industrie.

Raymond Gouron, directeur général de l’Association québécoise du propane.

Ce qu'il faut comprendre, c’est qu’il y a à peu près 20 % de toute la consommation totale dans une année de propane au Québec qui se passe dans la période d’octobre, novembre et décembre, souligne Raymond Gouron.

Et même si la grève se termine dans les prochains, les producteurs de grains ne sont pas au bout de leurs peines, comme l’explique Stéphane Vaillancourt. Nous, les producteurs de grains, on n’est pas priorisés. Il y en a des séchoirs au Québec. Là, tout le monde est vide. Ça va être colossal de repartir la roue et [d’approvisionner] les producteurs, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Agriculture