•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux cohortes d'étudiants pour contrer la pénurie d'ambulanciers paramédicaux en Outaouais

Une femme porte une chemise sur laquelle se trouve un écusson portant l'inscription « Technicien ambulancier - Paramédic - Québec ».

Une technicienne ambulancière de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Radio-Canada

Le programme en soins préhospitaliers d'urgence (SPU) du Cégep de l'Outaouais accueille désormais deux cohortes d'étudiants pour faire face aux besoins grandissants d'ambulanciers paramédicaux dans la région.

Pour la première fois, on a deux cohortes, une qui commence en septembre — plus les étudiants qui viennent du secondaire —, et celle qui commence en janvier — qui est plus des étudiants qui vont venir du marché du travail qui ont déjà un DEC [Diplôme d'études collégiales] —, explique le coordonnateur du programme SPU au Cégep de l'Outaouais, Alexandre Gagné.

Ce sont 24 nouveaux admis qui vont donc débuter ce programme à partir de janvier.

M. Gagné espère ainsi répondre aux besoins de main-d'oeuvre de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais. Cette dernière a besoin de 12 à 15 nouveaux ambulanciers paramédicaux par année, selon Marie-Ève D’Aoust, chef aux opérations.

Une femme devant un micro dans un studio de radioAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Ève D’Aoust, chef aux opérations, et aux communications à la Coopérative des paramédics de l'Outaouais. (archives)

Photo : Radio-Canada / Nathalie Bastien

Départs à la retraite et transformation d'horaires

Les ambulanciers paramédicaux font face à une pénurie de main-d'oeuvre depuis 2 à 3 ans.

La pénurie avait été annoncée il y a plusieurs années, on le savait, on s'y attendait. Aussi, il y a eu des transformations d'horaires au niveau du ministère de la Santé ce qui a créé plusieurs postes dans la région de l'Outaouais [...], précise M. Gagné.

La coopérative a vécu et vit encore des soubresauts de manque de paramédics en lien avec la transformation de trois horaires de faction et l’ajout d’un horaire à l’heure en urbain au 1er avril 2018. Ces ajouts nécessitaient du jour au lendemain l’équivalent de presque 30 paramédics, renchérit Marie-Ève D’Aoust.

Cette pénurie est aussi liée aux départs à la retraite.

Paul Levesque, directeur général de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais, estime qu'il manque 500 ambulanciers paramédicaux dans l'ensemble du Québec.

On a eu un énorme impact au cours des deux dernières années. En Outaouais, on a vécu une situation très problématique

Paul Levesque, directeur général de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais

Le manque d'ambulanciers paramédicaux a entraîné presque 20 000 heures de temps supplémentaires l'année dernière. On a mis une pression énorme sur nos paramédics, a reconnu M. Levesque.

« Bataille » entre employeurs

La pénurie de main-d'oeuvre contraint les employeurs à redoubler d'ingéniosité pour embaucher des ambulanciers paramédicaux et à proposer des incitatifs aux étudiants.

Il y a une bataille entre employeurs pour aller chercher les étudiants et ce ne sont pas des farces, a avoué M. Gagné.

Les étudiants sont donc avantagés dans cette situation.

Ça change quelque chose. Les entreprises sont axées sur l'embauche et ça me rassure de savoir qu'ils sont à l'écoute de nos besoins, fait remarquer Chloé Desrosiers, en 3e année de SPU.

Pour l'étudiante, c'est une chance d'être assurée d'avoir un emploi à la fin de ses études. Par contre, quand on se met dans la peau d'un paramédic, on comprend que c'est un milieu difficile à cause de la pénurie de main-d'oeuvre, nuance-t-elle.

D'autres mesures prises par la Coopérative des paramédics de l'Outaouais :

  • Une garantie d’heures payées de 72,25 heures par période de paie;
  • Une prime à la signature de 1 000 $;
  • Une aide financière pour le déménagement de 1 500 $ pour les paramédics qui viennent de l’extérieur de l’Outaouais;
  • Le remboursement des frais de kilométrage entre le siège social et le lieu d’affectation.
  • Visite des campus dans l’ensemble du Québec;
  • Campagne sur les médias sociaux;

L'ensemble de ces mesures a permis de recruter 46 ambulanciers paramédicaux entre le 1er avril 2018 et le 1er novembre 2019.

Bien que ce système de double entrée soit temporaire, il pourrait devenir permanent en fonction de la demande.

Nous devons rester vigilants, mais nous ne prévoyons pas vivre une nouvelle crise de la main-d’œuvre dans les prochaines années, a conclu Mme D'Aoust.

Avec les informations d'Antoine Trépanier et de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Emploi