•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau ouvert à un projet d'approvisionnement en opioïdes sûr à Vancouver

Kennedy Stewart donnant la main à Justin Trudeau.

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart serre la main du premier ministre Justin Trudeau avant leur rencontre, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, a déclaré que le premier ministre Justin Trudeau semblait ouvert à libérer des fonds pour un projet d’approvisionnement sûr en opioïdes dans le but de contrer la crise du fentanyl qui a fait de nombreux morts.

L’agence de la santé de la ville a demandé six millions de dollars à Santé Canada pour assurer la distribution de diamorphine sûre, un analgésique narcotique communément appelé héroïne.

Kennedy Stewart a affirmé qu’il trouvait encourageant que Justin Trudeau ne ferme pas la porte à ce projet, lors de leur rencontre ce jeudi à Ottawa. Justin Trudeau a dit qu’il voulait qu’on travaille ensemble, qu’il était ouvert à la discussion et qu’il nous faisait confiance pour inciter les professionnels de la santé à trouver de meilleures solutions à ce problème, informe le maire de Vancouver.

Je suis très encouragé par ses mots et reconnaissant envers le premier ministre.

Kennedy Stewart, maire de Vancouver

En moyenne, une personne meurt chaque jour d'une surdose d'opioïdes à Vancouver, explique Kenndey Stewart. Le maire a également déclaré qu’il était ravi d’apprendre la nomination de Patty Hajdu en tant que nouvelle ministre de la Santé.

Il n’a pas manqué de souligner son expérience dans le domaine des stratégies de réduction des méfaits et espère la rencontrer prochainement pour parler de ce nouveau projet d’approvisionnement sûr en opioïdes.

Au début des années 2000, Vancouver a été la première juridiction canadienne à ouvrir des sites d’injection supervisée. Kennedy Stewart dit vouloir continuer à explorer d’autres moyens novateurs afin de résoudre la crise des opioïdes qui ne cesse de faire des victimes.

Nous sommes dans une situation de gouvernement minoritaire et nous avons des possibilités de coopérer, de nous réunir, de construire ce que les Canadiens veulent, a-t-il déclaré. Je veux m'assurer que cette fenêtre ne se fermera pas avant que nous n'atteignions ces priorités clés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Crise des opioïdes