•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

La cote de François Paradis à la baisse

La semaine a été pénible pour le président de l'Assemblée nationale.

M. Paradis lève la main.

François Paradis, député caquiste de Lévis et président de l’Assemblée nationale, en Chambre, en juin 2019.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Martine Biron

Quand il animait Première Ligne sur les ondes de Télé-4 (TVA) à Québec, François Paradis s’est démarqué en faisant de longs monologues devant la caméra et en gesticulant abondamment. Maintenant qu’il est président de l’Assemblée nationale, ses manies, qui ne l’ont jamais quitté, ont fait rire plusieurs élus, qui s’amusent à dire qu’il aime s’écouter parler. Mais l’humour parlementaire de corridor commence à céder sa place aux griefs. Certains se demandent même si le « Paradis show » a assez duré.

La semaine a été pénible pour François Paradis, alors que les accrochages s’accumulent non seulement avec le leader parlementaire de l’opposition, mais aussi avec celui du gouvernement.

Mercredi, Simon Jolin-Barrette, complètement exaspéré, a lancé hors micro lors de la période des questions : « François, ça se passera pas d’même », un véritable affront à l’autorité du président. François Paradis, qui venait de rabrouer le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a refusé au leader Jolin-Barrette de prendre sa défense.

Jeudi, le sujet était plus sensible, alors que François Legault venait de refuser la tenue d’une commission parlementaire sur les services aux enfants autistes de 18 ans ou plus. Le libéral Marc Tanguay voulait intervenir, mais le président l’en a empêché.

La tension a duré cinq bonnes minutes, alors que le leader de l’opposition, au caractère plutôt incisif, refusait de s’asseoir. François Paradis tentait d’imposer son autorité avec plus ou moins de succès. À la sortie du Salon bleu, libéraux et péquistes se demandaient si le président allait passer Noël.

On reproche au président Paradis de n’en faire qu’à sa tête et de ne pas reconnaître les leaders parlementaires, qui ont le mandat de défendre leur équipe de députés. On aimerait que la présidence écoute d’abord les arguments de chaque parti avant de trancher.

Même le whip du gouvernement, Éric Lefebvre, a reconnu que la situation à l’Assemblée nationale ne pouvait pas durer et que le président devait rencontrer les leaders parlementaires de tous les partis pour s’entendre sur une façon de procéder. Des discussions devraient avoir lieu au cours des prochains jours.

Coton ouaté et cartes professionnelles

Les critiques à l’égard du président de l’Assemblée nationale s’accumulent dans le contexte où les attentes étaient élevées.

Dans les premiers mois de son mandat, François Paradis s’était engagé à réformer le code vestimentaire des élus. Le président était même sorti de sa réserve pour commenter publiquement la tenue des députés solidaires Catherine Dorion et Sol Zanetti, qui portaient camisole, tuque, espadrilles et Doc Martens.

Mais depuis, plus rien. Quand la députée Dorion n’a pu entrer au Salon bleu avec son coton ouaté, plusieurs s’interrogeaient sur le sérieux du travail du président, d'autant qu’il a refusé d’expliquer la séquence des événements.

En contrepartie, le président a trouvé du temps pour se faire faire un logo personnalisé portant ses initiales FP avec les ressources de l’Assemblée nationale. Il a dû reculer quand le premier ministre François Legault est intervenu.

Le cas d’Yvon Vallières

La discipline à l’Assemblée nationale est un enjeu récurrent. Il faut une poigne de fer pour garder le contrôle sur les élus. Pour réussir, il faut surtout le respect de ses pairs.

L'ex-député libéral Yvon Vallières en sait quelque chose. Il a dû démissionner de son poste de président en 2011 après avoir perdu la confiance de l’opposition officielle. Son sort a changé quand il a appuyé une ministre libérale. C’était pourtant un vieux routier qui comptait 33 ans d’expérience.

On lui a finalement préféré le libéral Jacques Chagnon, reconnu pour adorer le homard décortiqué dans les cuisines de l’Assemblée nationale et le bon vin.

Rien n’est donc parfait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique