•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers plus de collaborations entre les organismes francophones albertains

La directrice générale de la FRAP (Francophonie Albertaine Plurielle), Marie-Laure Polydore, et Luketa M'Pindou, directeur général de l'AJFAS (Alliance Jeunesse-Famille de l'Alberta Society) deuxième en partant de la droite.

L'entente signée devrait mener vers plus de collaborations et une maîtrise des dépenses. Au milieu, Marie-Laure Polydore et Luketa M'Pindou.

Photo : Facebook / Francophonie Albertaine Plurielle - FRAP

Radio-Canada

Pour améliorer les services offerts aux francophones grâce à plus de collaborations, une entente a été signée ce mercredi entre la Francophonie Plurielle (FRAP-PASE) et l'Alliance Jeunesse-Famille de l'Alberta Society (AFJAS).

La directrice générale de la FRAP, Marie-Laure Polydore, et le directeur général de l'AJFAS, Luketa M'Pindou, ont apposé leur signature sur l'entente à Edmonton.

Le fruit d'un travail de quatre mois a pour but de faciliter la communication et la collaboration entre ces deux organismes servant la même clientèle : les nouveaux arrivants.

Le coordonnateur de projet à l'AJFAS, Robert Suraki Watum, a élaboré les détails de l'entente. Le gouvernement (provincial) veut qu'on travaille main dans la main avec les autres organismes, explique-t-il par téléphone.

Avec cette entente, on va pouvoir planifier nos activités en se consultant à l'avance et minimiser les dépenses, ajoute-t-il.

Alors que la FRAP-PASE offre un service d'accueil aux nouveaux arrivants, selon son site Internet, « l'AJFAS est un organisme francophone à but non lucratif qui œuvre dans les domaines de l’éducation et de la prévention du crime auprès des jeunes et des familles francophones d’origine immigrante de l’Alberta à travers des programmes de développement social ».

Si quelqu'un arrive là-bas (à la FRAP-PASE) et a besoin d'une formation gratuite en informatique ou en français, il peut nous être référé. De notre côté, nous pouvons aussi leur référer des personnes. Comme ça, on évite d'éparpiller les efforts, estime Robert Suraki Watum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Associations francophones