•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet immobilier pour remplacer l'église Saint-François-d’Assise fait l'unanimité

La devanture de l'immeuble qui prendra forme sur la 1re Avenue

La devanture de l'immeuble qui prendra forme sur la 1re Avenue.

Photo : Radio-Canada/Courtoisie / ACERO Immobilier

David Rémillard

Passant d'une tour controversée de 18 étages à un projet de 7 étages, le développement immobilier qui prendra la place de l'église Saint-François-d'Assise, sur la 1re Avenue, a reçu l'appui unanime du Conseil de quartier du Vieux-Limoilou. Mais à une condition : le changement de zonage doit se limiter au terrain de l'église.

Près de deux ans après avoir été vivement critiqué par plusieurs citoyens concernant un projet de tour de 18 étages, le promoteur Benoît Raymond, président d'ACERO Groupe Immobilier, a reçu un accueil bien différent, mercredi soir, au centre communautaire Jean-Guy-Drolet.

Dans le cadre d'une consultation publique du Conseil de quartier du Vieux-Limoilou, M. Raymond a dévoilé la nouvelle mouture du développement immobilier, lequel compte désormais un maximum de 7 étages. L'immeuble, qui doit être complété à l'été 2021, abritera 92 unités locatives, dont 12 maisons de ville et 80 logements.

Des commerces au rez-de-chaussée et un stationnement souterrain seront aussi aménagés.

La hauteur varie de 4 à 7 étages. Le nouveau concept a été élaboré en partenariat entre le promoteur, un comité de citoyens, le conseil de quartier et la Ville de Québec. Une approche « sans précédent », évoque d'ailleurs ACERO.

L'immeuble est limité à 4 étages sur la rue Saint-Martial

L'immeuble est limité à 4 étages sur la rue Saint-Martial.

Photo :  Radio-Canada/Courtoisie / ACERO Immobilier

Une condition et des questions

Satisfait, le Conseil de quartier du Vieux-Limoilou a recommandé cette semaine, à l'unanimité, le changement de zonage demandé par le promoteur. Actuellement, la Ville permet un maximum de cinq étages dans ce secteur.

Le Conseil a cependant émis une condition dans sa recommandation. Elle souhaite que seul le projet d'ACERO soit sujet à ce changement, et non l'ensemble des terrains du quadrilatère formé de la 1re Avenue ainsi que des rues Royal-Roussillon, Saint-Martial et de l'Espinay.

On veut éviter tout développement dépassant cinq étages dans le futur.

La première mouture du développement immobilier comptait 18 étages

ACERO projetait d'abord une tour de 18 étages.

Photo : ACERO Immobilier

Selon Raymond Poirier, président du conseil de quartier, des citoyens s'interrogent maintenant sur ce qui adviendra des restes de l'église, vouée à la démolition. Certains aimeraient des rappels historiques ou qu'on conserve certains éléments patrimoniaux.

Des éléments additionnels seront récupérés avant démolition par la société d’histoire et le centre Jean-Guy-Drolet, mentionne M. Poirier.

Apprentissage

Le promoteur Benoît Raymond admet que ce projet l'a sensibilisé. Il rappelle que la première mouture était appuyée par la Ville de Québec. Le cadre bâti de cette intersection-là, c'est un cadre bâti qui a déjà 10 et 15 étages. La Ville pour eux d'ajouter un immeuble dans le paysage, ça ne changeait rien, souligne-t-il.

Par contre, au contraire les citoyens voyaient ça comme des erreurs du passé et ils ne voulaient pas les revivre. Et ça c'est quelque-chose qui n'était pas compris de personne.

Benoît Raymond, promoteur, ACERO Groupe Immobilier

Le conseil d'arrondissement de La-Cité-Limoilou aura à trancher sur la question le 9 décembre.

Si tout va comme prévu, ACERO Groupe Immobilier devrait recevoir son permis de démolition de l'église en décembre.

La démolition devrait avoir lieu quelque part en février pour ensuite amorcer la construction de l'immeuble.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Urbanisme