•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un court métrage sur la récidive de son cancer à 26 ans

Guillaume Couture a entamé un projet créatif pour souligner l'apport de son entourage dans sa bataille contre deux cancers.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Audrey Paris

Pour souligner la fin de ses traitements de chimiothérapie après la récidive de son cancer, Guillaume Couture a décidé de se lancer un défi. Le jeune homme de 26 ans a créé un court métrage qui rend hommage aux amis qui l’ont aidé à travers les épreuves.

C’est en mars 2017 qu'il reçoit le premier diagnostic de cancer des testicules. Malgré le choc, après une opération chirurgicale, il croit que le pire est derrière lui.

Pourtant, le même mois deux ans plus tard, Guillaume Couture reçoit un deuxième choc. Il y a eu une récidive. Les médecins ont vu une masse à mon abdomen, explique-t-il. C’était les mêmes cellules cancéreuses.

Il est donc passé à travers la chimiothérapie durant trois mois. Il y a deux semaines, les nouvelles étaient positives : il entame le processus vers la rémission.

Là, je peux dire que le pire est derrière moi.

Guillaume Couture

Le défi de créer

Le jeune homme de Québec raconte que les longues séances de traitement lui ont donné le temps de réfléchir. J’étais plogué comme on dit, j’avais juste à penser, alors j’ai réalisé que je voulais mettre en valeur mon entourage. Tout le long, ils ont toujours été là pour moi.

Il a donc entrepris la création d'un court métrage en allant à la rencontre de ses amis au travail, durant leurs loisirs, lors de fêtes, pour les filmer en action.

Cette vidéo sans paroles, qui inclut aussi des images de lui représentant la maladie et les étapes difficiles, servira à la promotion d'un deuxième élément à son projet.

J’ai créé une marque, c’est Renaissance, explique-t-il, et on imprime le mot sur des chandails, avec un dessin au dos.

Le mot renaissance est écrit sur le chandail vendu par Guillaume Couture, et le point sur le i est une jonquille. Un clin d'oeil à la Société canadienne du cancer.

Le mot « renaissance » est écrit sur le chandail vendu par Guillaume Couture, et le point sur le i est une jonquille. Un clin d'oeil à la Société canadienne du cancer.

Photo : Guillaume Couture/Facebook

Les vêtements sont ensuite vendus et grâce à un partenariat avec la Société canadienne du cancer, 5 $ par chandail seront remis à la fondation.

Les gens m'encouragent vraiment dans le processus. J’aimerais en vendre le plus possible. Je veux voir le positif des choses, je sais qu’il y a plusieurs personnes qui sont derrière moi.

Guillaume Couture

Un de ses amis, l’artiste Brad Laplante, a créé les deux illustrations pour les chandails. Je comprenais bien son idée, mentionne l’artiste, j’ai fait d’abord un dessin qui parle de la renaissance, de filtrer le négatif.

Il ajoute que le deuxième dessin parle de vision pour voir la couleur du monde autrement. 

Une image à gauche, c'est une illustration d'un visage vu de côté, vert, avec une fleur qui sort de sa tête et une fleur dans la bouche. L'autre image à gauche, ce sont des branches de plantes sous un ciel ensoleillé Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux illustrations qui se retrouvent sur le dos des chandails Renaissance.

Photo : Guillaume Couture/Instagram

Alex Beaulieu-Marchand y met du sien

Le médaillé olympique de Québec, Alex Beaulieu-Marchand, est un ami de Guillaume Couture. Lorsque ce dernier a rencontré des soucis financiers en lien avec ses diagnostics de cancer, le skieur a décidé de lancer une campagne de sociofinancement.

L’objectif était de 5000 $. Ils ont récolté près de 10 000 $ à la fin de la campagne.

Je me suis acheté une caméra entre autres avec l’argent, indique Guillaume Couture. Je me disais que quand je vais sortir de l’hôpital, je vais faire quelque chose qui va mettre du positif dans ma vie, il y a une façon de changer comment on voit les choses.

Guillaume Couture avec une casquette, couché dans un hamac, il fait un signe de paix avec ses doigts.

Le jeune homme de 26 ans lorsque les traitements de chimiothérapie étaient en cours.

Photo : fournie par Guillaume Couture

Ainsi, le court métrage lui a permis de filmer une vingtaine d’amis, dont l’athlète de Québec, dans des contextes plus positifs.

Le projet Renaissance, incluant le court métrage et les ventes des chandails, a été lancé officiellement jeudi.

Avec les informations de Nicole Germain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé