•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une employée de Starbucks allègue avoir été congédiée pour avoir dénoncé du harcèlement

Le logo de Starbucks.

Starbucks n'a pas voulu commenter la raison du congédiement de Sarah Franklin en raison des mesures de confidentialité.

Photo : Associated Press / Gene J. Puskar

Radio-Canada

Une ancienne employée du géant du café Starbucks affirme avoir été congédiée après avoir dénoncé une situation de harcèlement sexuel au travail.

Jusqu'à la semaine dernière, Sarah Franklin travaillait dans un Starbucks de Swift Current.

La jeune femme raconte qu'elle se sentait mal à l'aise de travailler aux côtés d'un collègue qui, à plusieurs reprises, lui aurait fait des commentaires déplacés et de nature sexuelle.

Une situation qui aurait commencé après le départ d'un gérant.

Sarah Franklin affirme qu'elle n'était pas seule à être victime de ce genre de commentaire de la part de ce collègue.

Selon elle, lorsqu'elle tentait de se défendre, le présumé harceleur répondait des choses du genre « Tu es trop dramatique », ou « Tu ne peux pas prendre une blague ».

Ce n'était pas une blague. C'était dégoûtant.

Sarah Franklin

Âgée de 19 ans, la jeune femme affirme avoir d'abord demandé à ne plus faire les mêmes quarts de travail que ce collègue. Elle aurait ensuite fait part de la situation aux responsables du café, puis aux responsables de la région.

Sarah Franklin prétend que rien n'a été fait. Elle a donc demandé des explications. C'est à ce moment-là, dit-elle, qu'elle a été congédiée. On l'aurait même escortée hors du café.

Elle affirme que les raisons de ce congédiement ne lui ont pas été expliquées. Elle pense que ce serait lié au fait d’avoir dénoncé son harceleur présumé.

Enquête ouverte

Après son congédiement, une de ses amies et ancienne collègue de Starbucks lui a suggéré d’utiliser les réseaux sociaux pour raconter l'histoire.

Cette dernière soutient qu'elle aussi a subi une situation inconfortable avec le même individu.

La vidéo publiée sur YouTube a récolté plus de 40 000 vues en moins d’une semaine.

Les dirigeants locaux ont enquêté sur la plainte dès son apparition, mais nous avons appris depuis que nos procédures internes n'ont pas été suivies, écrit par courriel Madeleine Löwenborg-Frick, porte-parole de Starbucks Canada.

Starbucks a confirmé l’ouverture d’une enquête mercredi.

Nous sommes en train de mettre en place les mesures appropriées pour que cette situation et toutes les plaintes à venir soient traitées correctement.

Madeleine Löwenborg-Frick, porte-parole de Starbucks Canada

L'entreprise a déclaré qu'elle ne pouvait pas commenter la raison du congédiement de Sarah Franklin en raison de mesures de confidentialité.

L’homme accusé de harcèlement dans cette affaire a refusé de commenter la situation à nos collègues de CBC.

Avec les informations de Kendall Latimer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Justice et faits divers