•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Sébastien Lemire ferme les bureaux satellites d'Amos, La Sarre et Ville-Marie

Sébastien Lemire crie, les bras en l'air, soulevé par un partisan.

Sébastien Lemire a fêté sa victoire avec ses partisans.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Jean-Marc Belzile

Lenouveau député fédéral d'Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, affirme avoir pris la décision afin d'utiliser l'argent des locaux pour engager davantage d'employés.

Le député souhaite plutôt engager des employés qui vont oeuvrer sur le terrain dans chaque MRC de sa circonscription .

Ces gens seront mes yeux et mes oreilles. Ça m'apparaît essentiel d'avoir une personne sur le terrain qui puisse m'indiquer, nous indiquer quelles sont les activités qui sont des incontournables et d'assurer une présence dans chacune de ces activités, affirme monsieur Lemire.

Miser sur l'efficacité

Le député du Bloc québécois estime que les citoyens auront un service plus rapide de cette manière.

Il y a huit ans, la députée Christine Moore avait pris la décision d'implanter des bureaux dans trois villes de sa circonscription, soit La Sarre, Amos, Ville-Marie, qui étaient ouverts une à deux journées par semaine.

Ce que je veux faire, aussi, c'est d'avoir un site internet avec un service à la clientèle où l'on s'assure de donner une réponse dans les 15 minutes ou dans l'heure, dépendamment du moment dans la journée. C'est vraiment cette vision que j'ai, d'avoir une réponse rapide que l'on peut donner au citoyen, explique M. Lemire.

Le bureau de Rouyn-Noranda va quant à lui demeurer ouvert et garder le même numéro de téléphone pour joindre le député.

Réactions des préfets

La préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc, rapporte avoir rencontré par Sébastien Lemire, qui lui a annoncé sa vision.

Claire Bolduc pose dans nos bureaux de Rouyn-Noranda.

Claire Bolduc, préfète de la MRC de Témiscamingue et présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Elle affirme ne pas être fermée à l'idée, mais que le député devra démontrer que cette manière de travailler sera au moins aussi fonctionnelle que celle de l'ex-députée, Christine Moore.

Je lui ai mentionné deux choses: la première, c'est l'habitude des gens. Après huit ans de présence de bureaux, le fait de les fermer, ça peut être dérangeant, il en est conscient, indique-t-elle. Je lui ai aussi mentionné que la personne pivot qu'il entend mettre en place dans les différentes municipalités aura un mandat très large. La balle est dans son camp, il a à faire la démonstration que ce qu'il propose est efficace, au moins aussi efficace que ce à quoi les citoyens ont été habitués au cours des huit dernières années.

Le préfet de la MRC d'Abitibi-Ouest, Jaclin Bégin, voit certains avantages à cette décision.

C'est certain qu'au début, on était surpris, mais avec la proposition qu'il fait, soit de venir directement à la rencontre des élus et des citoyens, sur demande, directement dans nos municipalités respectives, je pense que c'est une bonne idée, considère M. Bégin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique fédérale