•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des produits autochtones pour faire rayonner la Côte-Nord à Montréal

Georgette Mestokosho, coordonnatrice de la pharmacie innue de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit.

Georgette Mestokosho, coordonnatrice de la pharmacie innue de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit, lors d'un événement organisé à Montréal pour promouvoir le tourisme sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Marie Lépine-Loiselle

Savons, huiles, thé du Labrador, bannique... les Montréalais étaient invités à découvrir plusieurs produits de la Côte-Nord jeudi, dont ceux thérapeutiques de la communauté innue d'Ekuanitshit.

Aux côtés de 11 autres artisans participant au salon de Tourisme Côte-Nord, des membres de la communauté d'Ekuanitshit ont présenté aux Montréalais les produits du projet Innu-Natukuna, aussi appelé la Pharmacie innue.

Les produits de la Pharmacie, qui existe depuis maintenant 16 ans, sont fabriqués selon les savoirs ancestraux de la communauté sur les plantes médicinales.

Ils sont confectionnés comme le faisaient les aînés de la communauté, à l'exception des savons qui ont fait leur apparition au cours des dernières années et qui ont été mis de l'avant pour la première fois jeudi.

Du savon artisanal fait à partir de produits traditionnels innus de la Côte-Nord.

Du savon artisanal fait à partir de produits traditionnels innus de la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Les savons, dont certains sont faits de thés du Labrador ou d'écorces d'arbre, servent notamment à soulager les symptômes de maladies de peau comme l'eczéma. Ils sont généralement vendus au public, alors que les autres produits thérapeutiques de la Pharmacie innue sont utilisés pour soigner traditionnellement les membres de la communauté d'Ekuanitshit.

Le kiosque de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit, lors d'un événement touristique à Montréal.

Le kiosque de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit, lors d'un événement touristique à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

La communauté a recours, par exemple, à l'huile de cèdre pour apaiser les maux de tête, ou encore à une crème pour soulager les douleurs musculaires.

L'ingrédient le plus utilisé par la Pharmacie est la gomme de sapin. Elle peut être ingérée, quand tu tousses beaucoup [...] Aussi, elle peut être bouillie. Ça fait une pâte et ça sert pour les ongles incarnés, pour une plaie qui a de la misère à guérir ou pour des abcès qui font mal, a indiqué Georgette Mestokosho, la coordonnatrice de la Pharmacie innue.

Georgette Mestokosho, coordonnatrice de la pharmacie innue de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit.

Georgette Mestokosho, coordonnatrice de la Pharmacie innue de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit, lors d'un événement organisé à Montréal pour promouvoir le tourisme sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Bien que ces produits ne soient réservés qu'à la communauté, Mme Mestokosho souligne que la Pharmacie est flexible. On soigne même des non-Autochtones et des Autochtones des autres villages. Il y a même des personnes qui arrivent de très loin pour venir acheter ça parce qu'ils disent que ça marche. Ils font beaucoup de provisions, ils en achètent beaucoup, a-t-elle dit en riant.

Des bouchées de saumon boucané sur de la bannique innue, lors d'un événement organisé à Montréal pour promouvoir le tourisme sur la Côte-Nord.

Des bouchées de saumon boucané sur de la bannique innue, lors d'un événement organisé à Montréal pour promouvoir le tourisme sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

La communauté ne récolte par ailleurs que les plantes dont elle a besoin. « Tout ce qui vient de la terre doit être protégé, doit être respecté. Voilà la philosophie de la Pharmacie », a expliqué la coordonnatrice de la Maison de la culture innue d'Ekuanitshit, Rita Mestokosho, qui était également présente à l’événement.

Plus de collaborations à venir

La présence de la communauté innue d'Ekuanitshit à ce genre d'événement est une première collaboration aussi rapprochée entre les communautés autochtones et Tourisme Côte-Nord, selon le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc.

Je suis en poste sur la Côte-Nord depuis 3 ans. Ce qu'on me dit, c'est que c'était un peu en parallèle la façon que l'on avançait. Et ce que je constate, c'est qu'on avance ensemble en se respectant bien [...] et c'est vraiment agréable, ce genre de collaboration, a expliqué M. Leblanc.

Mario Leblanc, directeur général de Tourisme Côte-Nord.

Mario Leblanc, directeur général de Tourisme Côte-Nord, lors d'un événement organisé à Montréal pour promouvoir le tourisme sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

On a neuf communautés autochtones sur la Côte-Nord et cela fait partie de notre richesse, ce mélange entre les communautés autochtones et les Blancs. On en est très heureux et on en est bien fiers, a-t-il également indiqué, soutenant vouloir accentuer ce type de collaboration à l'avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société