•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Russie : une centaine de baleines remises en liberté

Tête d'un épaulard.

Une baleine en captivité en Russie

Photo : Radio-Canada / Alexey Sergeyev

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le gouvernement russe a confirmé jeudi avoir remis en liberté une centaine de mammifères marins, des orques et des bélugas qui avaient été découverts au printemps dans un élevage illégal.

En tout, 11 orques et 94 bélugas ont été relâchés dans la mer du Japon. Tous les pensionnaires de la prison des baleines, à première vue, ont survécu.

La réussite de cette opération dépasse les attentes de la Russie et des organisations internationales qui l’ont épaulée dans l’exercice.

On voit qu'il n'y a pas de baleines mortes sur le rivage. Les images satellites montrent qu'elles se déplacent. Des orques ont déjà rejoint leurs frères et sœurs. Les bélugas se déplacent aussi et leur situation n’est pas mauvaise. Ça se passe bien.

Organes Targulyan, porte-parole de Greenpeace Russie

La procédure de remise en liberté était pourtant considérée comme risquée, car inédite. De nombreux animaux nécessitaient des soins et, surtout, jamais personne n’avait tenté de déménager autant de baleines en même temps.

Tour à tour, elles ont dû être chargées à bord de bateaux avant d’être remises à l’eau dans les secteurs où elles avaient été capturées.

L'océanographe français Jean-Michel Cousteau a été invité par le gouvernement russe pour chapeauter l’opération.

Elle s’est déroulée beaucoup plus efficacement et plus rapidement qu’il ne l’anticipait.

Ce n’est que le début d’un travail qui va peut-être prendre des années, éventuellement. À mon avis, ça devrait entrer dans les deux ou trois ans qui viennent, avait déclaré l’océanographe dans une entrevue accordée à notre correspondante en Russie, Tamara Alteresco, au début du mois d'avril.

Une douzaine d'enclos vus des airs.

Les pensionnaires de « la prison des baleines » étaient gardés dans des enclos trop petits pour eux.

Photo : Radio-Canada / Russia TV

Il faut dire que les 105 baleines étaient gardées dans des conditions qui nourrissaient l'inquiétude de M. Cousteau. Elles ont été retenues pendant des mois dans une douzaine de petits enclos à ciel ouvert sur la côte de Nakhodka, dans l'Extrême-Orient russe, en attendant d’être vendues à des parcs aquatiques en Chine.

L'hiver dernier, la publication d’images montrant ces mammifères marins entassés les uns contre les autres a eu des échos jusqu’au Kremlin. C’est Vladimir Poutine en personne qui avait alors ordonné leur libération.

Vu l’insistance de ses collaborateurs et le tollé international soulevé par cette affaire, le gouvernement russe a annoncé qu’il rendrait illégale la chasse à la baleine dès l’an prochain.

Avec les informations de Tamara Alteresco

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Animaux

International