•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier signe d'ouverture envers l'Ouest canadien

Le gouvernement Trudeau se dit disposé à revoir la mise en œuvre de certaines lois environnementales.

Le reportage de Louis Blouin

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Jérôme Labbé

Au lendemain de la formation du nouveau Cabinet Trudeau, le nouveau conseiller spécial du premier ministre pour les Prairies, Jim Carr, tend la main aux provinces de l'Ouest canadien, opposées au cadre actuel d'évaluation des grands projets énergétiques.

En se présentant à Ottawa jeudi matin, M. Carr a affirmé qu'il y avait une ouverture en ce qui concerne les lois C-48 et C-69 (« I think there's an openness to look at the legislation », en anglais).

Selon lui, c’est dans l’intérêt du Canada que les Prairies fonctionnent bien.

On doit passer outre au sentiment d'aliénation, le sentiment que le plein potentiel n'est pas exploré et exploité dans la région, et c'est la tâche qui nous attend. Je ressens beaucoup de bonne volonté, en passant, dans ce sens, a-t-il déclaré dans un impromptu de presse.

Les lois C-48 et C-69 ont été adoptées à la dernière législature. La première visait à réduire la portée du transport du pétrole brut le long de la côte nord de la Colombie-Britannique; la seconde, à soumettre les projets énergétiques importants à une nouvelle entité, l’Agence canadienne d’évaluation d’impact.

Ces deux lois ont été critiquées tant par les conservateurs fédéraux que par leurs homologues provinciaux, surtout dans les provinces de l'Ouest. Le gouvernement Trudeau espère aujourd'hui que des modifications à leur mise en œuvre permettront d'apaiser la grogne dans cette région, qui a été particulièrement touchée par l'effondrement des prix du pétrole.

Le bureau du premier ministre a toutefois précisé à l'heure du midi qu'il n'était pas question de modifier les deux lois, mais bien d'être plus conciliant dans leur application.

C'est aussi ce qu'a déclaré le nouveau ministre de l'Environnement, Jonathan Wilkinson, à la sortie de la rencontre du conseil des ministres, jeudi après-midi. Nous n'allons pas rouvrir ces projets de loi, mais nous sommes certainement ouverts aux suggestions quant à la façon dont nous allons les mettre en œuvre, a-t-il dit.

Jim Carr – qui a annoncé le mois dernier qu'il souffrait d'un cancer du sang – a été nommé au Conseil des ministres mercredi, et ce, malgré ses problèmes de santé. Le député de Winnipeg-Centre-Sud travaillera de pair avec la nouvelle vice-première ministre Chrystia Freeland, qui a hérité de la responsabilité des Relations intergouvernementales.

Tous deux étaient présents jeudi à Ottawa pour assister à deux rencontres du premier ministre Trudeau, avec les maires de Calgary, Naheed Nenshi, et de Vancouver, Kennedy Stewart.

Soulagement, critique et vigilance

Les groupes environnementalistes se disent soulagés, mais restent tout de même vigilants.

On est rassurés à court terme, mais il y a quand même une petite inquiétude qui persiste parce qu'on trouve en ce moment qu'il y a vraiment une pression qui s'exerce sur ce gouvernement-là, et on a peur que le gouvernement cède, a affirmé Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.

De son côté, Patrick Bonin, de Greenpeace, s'est désolé de ce que la peinture verte du gouvernement se soit diluée aussi rapidement en début de mandat.

Pour un gouvernement qui se vantait pendant la campagne d'avoir renforcé le système de protection environnementale qu'avait démantelé [Stephen] Harper, c'est indécent et inquiétant. Après avoir envoyé Steven Guilbeault au Patrimoine, voilà qu'il ouvre la porte à revoir la mise en oeuvre des lois environnementales pour satisfaire les pétrolières.

Patrick Bonin, de Greenpeace

Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d'Équiterre, affirme que son organisation fera preuve de vigilance pour s'assurer qu'on ne procède pas à un nivellement par le bas des politiques environnementales à l'avenir.

Par ailleurs, à l'issue de la rencontre avec le premier ministre, le maire de Calgary a promis qu'il continuera d'être une épine dans le pied du gouvernement fédéral dans ce dossier.

Avec la collaboration de Christian Noël et des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique