•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève du CN : Ottawa envoie son négociateur en chef

Le premier ministre du Québec, François Legault, estime que la pénurie de propane est très grave.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Félix Morrissette-Beaulieu

Le gouvernement fédéral envoie son négociateur en chef dans le but de mettre rapidement fin au conflit de travail entre le CN et ses employés, en grève depuis mardi.

Alors que le gouvernement du Québec et le monde des affaires demandent l'adoption d'une loi spéciale pour mettre fin à la grève, Marc Garneau a plutôt indiqué que son gouvernement continuait de privilégier une entente négociée entre la direction du CN et les Teamsters, le syndicat qui représente les employés.

Notre chef médiateur est avec eux et la discussion se poursuit en ce moment avec l’espoir de trouver une solution le plus rapidement possible.

On est un parti qui croit dans la négociation collective, on est dans la troisième journée de la grève, on veut que ça se termine le plus tôt possible, a ajouté M. Garneau.

Le ministre dit avoir eu des discussions jeudi avec ses homologues provinciaux, dont le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

Loi spéciale et pénurie de propane

Le premier ministre du Québec, François Legault, demande l'adoption d'une loi spéciale si Ottawa et les employés du CN n'arrivent pas à mettre fin à la grève qui cause une pénurie de propane qu'il a qualifiée de « très grave ».

François Legault en point de presse jeudi matin.

François Legault en point de presse jeudi matin.

Photo : Radio-Canada

Des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), des hôpitaux, de même que de nombreuses fermes sont chauffés grâce au propane, insiste-t-il. La grève au CN ampute le transport ferroviaire, donc l'acheminement de ce carburant.

On souhaiterait un règlement, mais on ne peut exclure d’avoir besoin d’un projet de loi spéciale à Ottawa. On peut presque dire que [le propane], c’est un service essentiel, prévient le premier ministre, qui demande aux partis d'opposition de collaborer avec le gouvernement fédéral.

On a des réserves d’à peu près 12 millions de [litres]. On a rationné l’utilisation du propane à environ 2,5 millions de [litres] par jour. On en a pour quatre jours, quatre jours et demi.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre estime que la province utilise 6 millions de litres de propane par jour. La grève ne peut pas durer, croit François Legault. Il parle même d'un état d'urgence au Québec.

Jeudi matin, M. Legault avait mentionné qu'il s'agissait de millions de tonnes de propane. Son cabinet a confirmé en fin de journée qu'il s'agissait plutôt de millions de litres.

Message de Kenney à Legault

En mission économique au Texas, le premier ministre albertain Jason Kenney a profité d’une séance de questions-réponses sur Facebook pour s'adresser à son homologue québécois : Voici mon message au premier ministre Legault. Nous avons une technologie qui pourrait vous garantir un accès constant et stable au propane et à d’autres carburants. Ils s'appellent des pipelines. Et si le gouvernement du Québec s'inquiète d'un accès fiable au propane et à d'autres carburants, en particulier en hiver froid au Québec, nous avons un message très simple à adresser au gouvernement : aidez-nous à construire plus de pipelines!

Le syndicat dit que le CN peut prioriser le transport du propane

Le syndicat des Teamsters confirme que des trains du CN circulent en ce moment, malgré la grève.

En entrevue à Radio-Canada, Christopher Monette, directeur des affaires publiques de Teamsters Canada, a cité le ministre Garneau, qui a affirmé que des trains circulaient encore.

M. Monette a indiqué que le syndicat savait que des trains du CN circulaient au pays et que l’entreprise faisait appel aux superviseurs pour faire rouler les trains.

De notre côté, on appelle le CN à s’assurer que les trains qui circulent transportent du propane pour essayer de répondre aux besoins du Québec.

Christopher Monette, directeur des affaires publiques de Teamsters Canada
Un homme dans un bureau.

Christopher Monette, directeur des affaires publiques de Teamsters Canada

Photo : Radio-Canada

C’est le CN qui a choisi de prioriser d’autres marchandises et d’autres services, a-t-il ajouté.

M. Monette espère que la question du propane ne sera pas utilisée pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il force l'adoption d'une loi spéciale.

La convocation du gouvernement exigée

Le député conservateur de Lévis-Lotbinière, Jacques Gourde, exige la convocation du gouvernement dans les prochaines 24 heures pour mettre fin à la grève du CN.

Les députés conservateurs Jacques Gourde, Pierre Paul-Hus et Richard Lehoux.

Les députés conservateurs Jacques Gourde, Pierre Paul-Hus et Richard Lehoux

Photo : Radio-Canada

Cette grève menace non seulement des secteurs clés de l’économie comme l’agriculture et les domaines miniers et forestiers, mais aussi la sécurité de nos aînés, de nos enfants et de toute la population, déclare Jacques Gourde.

Un manque de propane en cette période hivernale pourrait devenir un enjeu de sécurité et de santé publique. En plus des problèmes reliés aux milieux scolaire et hospitalier, 9 % des résidences québécoises utilisent le propane à différentes fins comme le chauffage, affirme le député.

Les conditions météorologiques des dernières semaines forcent aussi des producteurs à chauffer leurs grains, ce qui augmente leur consommation de propane.

Il exhorte le gouvernement à se réunir vendredi pour instaurer des mesures législatives et mettre fin au conflit.

De son côté, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches indique que l'approvisionnement en propane est adéquat dans la presque totalité des CHSLD et hôpitaux de Chaudière-Appalaches.

115 000 litres restants

Propane GRG et Capitale Propane, deux entreprises qui fournissent en propane plusieurs clients, seront bientôt en rupture de stock.

Il me reste 115 000 litres de propane sur ma réserve normale de 1 million de litres, déplore Michel Breton, PDG de Propane GRG.

On m’a informé que je n’en recevrai plus. Je le garde pour les pires urgences, des clients comme des CHSLD et des écoles qui s’en servent pour chauffer leurs bâtisses. Je ne peux plus servir les fermes, les usines et des maisons privées, prévient le PDG.

Les installations de Propane GRG.

Les installations de Propane GRG

Photo : Radio-Canada

De son côté, l'entreprise Capitale Propane demande à ses clients de réduire leur consommation de propane et trouver des solutions alternatives pendant la période de perturbation, qui pourrait durer quelque temps même après l’annonce de la fin de la grève.

Le CHSLD de Disraeli, près de Thetford Mines, qui utilise le propane pour sa cuisine, pourrait subir les contrecoups de la pénurie chez Propane GRG. La direction indique être en discussion avec l’entreprise pour savoir dans quelle mesure ils pourront assurer l’approvisionnement. Dans le cas où ils ne pourraient assurer le service, nous avons une marge de manœuvre avec notre autre fournisseur qui pourra pallier si besoin.

Conséquences diverses

La grève du CN touche d'autres secteurs de l'économie, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

Le transport ferroviaire de marchandises permet de rejoindre efficacement des marchés importants, mais également d’approvisionner les entreprises en matières premières essentielles à leurs opérations, croit Kathy Megyery, vice-présidente, stratégie et affaires économiques à la FCCQ.

Le temps presse et une solution doit être déployée dans les prochaines heures, quitte à recourir à une loi spéciale, ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie