•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compost : la quantité de déchets à Saguenay explique les délais

Un bac brun sur le bord d'une rue dans un quartier résidentiel.

Un bac brun en bordure d'une route

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada

La quantité de déchets générés à Saguenay empêche la Ville d’emboîter le pas aux autres municipalités de la région avant 2022 en matière de cueillette et de traitement des matières organiques.

La mairesse Josée Néron a expliqué que le nombre de tonnes de matières organiques provenant des foyers de la capitale régionale est plus élevé que celui du reste de la région, ce qui rend le partenariat impossible.

Hier, la MRC du Fjord-du-Saguenay a annoncé que dès l’automne 2020, les matières putrescibles de toutes les municipalités regroupées sous son égide seront revalorisées grâce à une entente conclue avec la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR).

Lorsque je suis entrée en poste, on regardait le dossier des matières putrescibles et l’analyse a été faite pour voir si Saguenay pouvait se joindre aux autres MRC et signer avec la RMR […]. Malheureusement, la RMR nous a indiqué rapidement que considérant le tonnage que représentait Saguenay, ils n’avaient pas l’espace sur le site pour nous recevoir. Dû à ça, on devait faire cavalier seul, explique la première magistrate.

Josée Néron affirme que le dossier a été pris en charge sur le tard par l'ancienne administration, mais elle signale que dès 2017, l'actuel conseil s'est mis au travail pour se conformer aux critères du gouvernement et dénicher des solutions. Québec exige des villes qu'elles trouvent des moyens pour éviter que les matières organiques soient dirigées vers l'enfouissement d’ici à l’an prochain.

Josée Néron en entrevue en studio.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Quant aux amendes qui seront imposées à la Ville pour ce retard de deux ans, le cabinet de la mairesse a expliqué qu'il ne s'agit pas d'amendes à proprement dit, mais plutôt d'une perte en redevances. Le gouvernement compense les municipalités qui revalorisent leurs déchets depuis 2017.

À Saguenay, cette perte est estimée à environ 420 000 $ pour deux ans. Toutefois, la Ville croit que le moment  venu d'acheter les 70 000 bacs bruns qui seront utilisés pour le compost, des économies sont à prévoir puisque la demande sera moindre.

Actuellement, la Ville tente de trouver un site où les déchets pourront être acheminés et traités. De nouveaux équipements devront être installés pour transformer les matières organiques en compost. Des appels d’offres seront lancés pour trouver un fournisseur.

Il y a toute une préparation par rapport au fait qu’on va réaménager pour pouvoir recevoir ces matières-là. Également, c’est évident qu’il y a tout l’achat des bacs bruns, l’implantation de tout ça. C’est quand même des préparatifs, poursuit la mairesse, qui rappelle que Saguenay compte plus de 146 000 habitants et est deux fois et demie plus grande que Montréal.

Alliance Saguenay dénonce les retards

Le chef d'Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, dénonce les retards de Saguenay dans les opérations de compostage.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, Dominic Gagnon a d'abord critiqué le choix de l’administration municipale qui prévoit distribuer des bacs bruns aux citoyens pour y recueillir le compost.

[L’Alliance Saguenay] se désole de voir qu’on n’a pas pris les bons choix.

Dominic Gagnon, chef de l'Alliance Saguenay
Dominic Gagnon en entrevue.

Dominic Gagnon est chef de l'Alliance Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Il réitère que cette méthode vieille de 25 ans est dépassée et qu'il faut plutôt recourir à la robotisation au centre de tri, sans ajouter de bacs. Tant qu'à cumuler des retards, il conseille à la Ville de faire preuve au moins d'innovation.

On est rendu ailleurs.

Dominic Gagnon, chef de l'Alliance Saguenay

Concernant les normes environnementales imposées par Québec qui ne seront respectées qu’en 2022, Dominic Gagnon déplore la facture que devra payer la population en raison des amendes.

Parce qu’on se traîne les pieds, ça va être encore des amendes supplémentaires de centaines de milliers de dollars que les citoyens vont devoir payer étant donné que l’administration n’a pas fait les bons choix, explique-t-il en entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Matières résiduelles