•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise sans précédent à l'Hôpital de Campbellton

L'état d'urgence a été décrété à l'Hôpital régional de Campbellton.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Radio-Canada

L’Hôpital de Campbellton, qui fait face à un débordement et à une pénurie de personnel sans précédent, adopte des mesures extrêmes pour rétablir un fonctionnement normal dans l’établissement. Du jamais vu dans l'histoire du Nouveau-Brunswick.

Selon le président-directeur général (PDG) du Réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, l'hôpital se trouve aux prises avec un débordement de 42 patients en civières et de 60 personnes en attente d'un autre niveau de soins.

Par conséquent, Vitalité prend les mesures suivantes valides pour sept jours avec réévaluation quotidienne de la situation :

  • Dérouter les ambulances;
  • Interrompre les nouvelles admissions jusqu'à nouvel ordre;
  • Annuler les 86 rendez-vous chirurgicaux de la semaine prochaine;
  • Transférer les admissions à Bathurst s'il n'y a pas d'autres options;
  • Transférer la garde en orthopédie à Bathurst;
  • Fermer les services d'obstétrique et de chirurgie ainsi que des cliniques externes.

Si la situation se rétablit plus rapidement, l'hôpital pourrait rouvrir, mais ce qui est prévu, c’est de poursuivre l'arrêt d’admissions et chirurgies jusqu'à vendredi prochain, explique M. Lanteigne.

Plus d'effectifs à Bathurst

Pour absorber le volume de l’urgence, l'Hôpital de Bathurst a ouvert des lits supplémentaires, relate la Dre Nathalie Banville. Le Réseau de santé Vitalité tient toutefois à rassurer la population de la région de Campbellton quant à l'aspect temporaire de la situation, qu'il qualifie d'exceptionnelle.

Il n’y a aucune intention de dire on ferme Campbellton pour Bathurst.

Gilles Lanteigne
La Dre Nathalie Cauchon.

La Dre Nathalie Cauchon rapporte que le personnel a été prévenu qu'il y avait une situation de crise à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada

La Dre Nathalie Cauchon sera affectée aux accouchements durant la fin de semaine à Bathurst. Cet hôpital connaît lui aussi une hausse importante et inhabituelle du nombre d’admissions, souligne-t-elle.

Ça me fait plaisir [d’appuyer] nos collègues de Campbellton qui nous ont rendu de grands services. On déplore par contre qu’il y ait un manque de médecins, un manque d’infirmières et un surplus de travail qui fait que le service à la population n’est pas celui qu’on voudrait offrir. Ça peut avoir des implications pour notre population aussi, parce que nos lits d’hôpital sont à pleine capacité déjà depuis [plus] d’une semaine, affirme Nathalie Cauchon.

Une situation sans précédent

Un homme parle devant un podium.

Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité, a expliqué la situation en point de presse, jeudi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Margaud Castadère

Ce n'est pas la première fois que l'Hôpital de Campbellton doit interrompre certains services, mais le PDG de Vitalité soutient qu'une interruption d'autant de services est sans précédent.

Arrêter toutes les admissions pendant 10 jours, oui c’est la première fois­. On parle d'une congestion exceptionnelle.

Gilles Lanteigne, président-directeur général du Réseau de santé Vitalité

Cette situation de crise extrême n'a été vue dans aucun autre hôpital du Nouveau-Brunswick. Elle est peut-être le symptôme d'un problème à plus grande échelle, laisse entendre le Réseau.

Une restructuration s'impose

Le Réseau de santé Vitalité précise que le débordement est « en bonne partie » causé par l'utilisation de lits pour des patients qui nécessitent des soins de longue durée.

Le Réseau estime qu'une réflexion et une restructuration des services de santé dans leur ensemble, pas seulement des hôpitaux, s'imposent.

Le système a été bâti sur des hôpitaux, donc il faut avoir des alternatives parce que dans un contexte de pénuries, on n’est pas capable de mettre en place ce qu’on voudrait sans avoir à fermer certaines choses, explique M. Lanteigne. Il faut revoir l’offre en fonction des besoins des populations et de leurs caractéristiques.

Avec des renseignements de Serge Bouchard et de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Établissement de santé