•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entreprises liées malgré elles au mouvement séparatiste de l’Ouest s’impatientent

Une personne inscrit son nom sur une feuille.

Selon l'organisateur de la campagne séparatiste en Saskatchewan, Eric Wall, des centaines de signatures ont été amassées en soutien au mouvement dans la province.

Photo : Wexit Saskatchewan

Radio-Canada

Des entreprises en Saskatchewan qui ont été désignées par les organisateurs de la campagne séparatiste Wexit comme des endroits où les gens pouvaient signer leur nom pour soutenir le mouvement disent ne pas vouloir être associées à la campagne.

Ayant besoin de 2500 signatures pour être en mesure de fonder leur propre parti politique, les partisans du Wexit s’activent en Saskatchewan, mais les moyens pour y parvenir sont loin de plaire à certaines entreprises, liées au mouvement bien malgré elles.

Dix emplacements un peu partout à travers la province figurent sur une liste publiée sur le site Internet de Wexit Saskatchewan.

Les organisateurs [de la campagne Wexit] sont un peu prétentieux de tenir pour acquis que nous serions ouverts à une telle idée sans prendre le temps de vérifier auprès de nous. Je suis surpris que notre nom soit sur cette liste, affirme le directeur du centre commercial Swift Current Mall, Terry Highet.

Ce dernier a d’ailleurs parlé aux organisateurs de la campagne afin de leur expliquer qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans son établissement puisqu’une politique stricte est établie en ce qui concerne les événements politiques.

Nous ne pouvons pas être liés à un tel mouvement, poursuit Terry Highet, qui espère que le nom de son entreprise sera rapidement retiré du site Internet de Wexit Saskatchewan.

Un représentant de l'équipe de hockey junior des Broncos de Swift Current mentionne que l’organisation n’avait rien à voir avec le rassemblement prévu mercredi soir, devant l’aréna Credit Union I-Plex où joue habituellement l’équipe.

De son côté, un porte-parole de Princess Auto, à Saskatoon, indique que les partisans du mouvement indépendantiste ne seront pas autorisés à se rassembler sur le terrain de l’entreprise.

Plus tôt cette semaine, des représentants d’un magasin Canadian Tire et du centre commercial Confederation Mall, à Saskatoon, ont aussi déclaré qu’ils ne soutiendraient pas une telle campagne près de leur établissement.

Exception à la règle

Le propriétaire de Swifty’s Skate Shop, Bill McCann, est l’exception à la règle. Parmi les entreprises liées à la campagne de Wexit Saskatchewan, il est le seul à permettre au groupe de recueillir des signatures à l’intérieur de son magasin.

L’organisateur de la campagne séparatiste en Saskatchewan, Eric Wall, confirme que tous les rassemblements prévus cette semaine auront bel et bien lieu, même si les partisans du mouvement sont chassés par les propriétaires des entreprises.

Nous allons simplement amasser les signatures sur le trottoir, dit-il, tout en ajoutant être choqué de la réaction des établissements choisis par son groupe comme des lieux facilement identifiables.

Le résultat des dernières élections fédérales, qui a permis aux libéraux de Justin Trudeau d’être réélus, a animé les partisans du mouvement séparatiste de l’Ouest.

Selon Eric Wall, des centaines de signatures ont été amassées en soutien au mouvement jusqu’à maintenant en Saskatchewan.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique fédérale