•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Basques se mobilisent pour la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins

Environ 300 personnes se sont réunies mercredi soir à Trois-Pistoles pour discuter de l'avenir de la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Environ 300 personnes ont participé à une assemblée citoyenne pour le maintien de la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins, mercredi soir, à Trois-Pistoles.

Le traversier L'Héritage I, qui assure la liaison maritime entre les deux municipalités, nécessite des travaux majeurs évalués à environ 6 millions de dollars.

Québec a toutefois fait savoir la semaine dernière qu'il n'accorderait pas d'aide financière pour ces travaux, notamment en raison de l'âge avancé du bateau, qui a 46 ans.

L'un des matelots de L'Héritage I, Steven Dumais, s'est dit touché qu'autant de personnes se soient déplacées pour sauver le lien maritime entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Les gens se sont déplacés pour montrer un bel appui à notre bateau, aussi tout ce qu'il y a autour de ça, les retombées économiques, l'importance pour la région [...] On apprécie beaucoup, au niveau de l'équipage, de voir le support pour ça, pour nous.

Steven Dumais, matelot

Il affirme qu'il devra, à contrecœur, chercher un nouvel emploi si la traverse fait relâche en 2020, comme l'a affirmé mercredi le ministre des Transports François Bonnardel.

Ils écoutent les explications.

De nombreux citoyens ont manifesté leur inquiétude.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le service de traverse entre Trois-Pistoles et Les Escoumins représente 90 emplois, dont 25 emplois directs.

Le gouvernement peut être inquiet, je pense que c'est légitime. On refait nos devoirs, on se présente avec autant la communauté d'affaires que la communauté politique de nos régions, a pour sa part affirmé le secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques et maire de Notre-Dame-des-Neiges, Jean-Marie Dugas. Selon lui, le dossier est loin d'être clos.

Il répond aux questions d'un journaliste.

Le maire de Notre-Dame-des-Neiges et secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques, Jean-Marie Dugas

Photo : Radio-Canada

Le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, a pour sa part affirmé sur sa page Facebook qu'une nouvelle analyse sera faite sur L'Héritage I pour déterminer sa durée de vie.

Les discussions avec Québec se poursuivent

Selon Jean-Marie Dugas, il n'est pas trop tard pour que le gouvernement change d'idée et que la traverse soit en service en 2020.

[Il faut] arriver d'une façon différente à donner confiance au gouvernement que notre projet est viable.

Jean-Marie Dugas, secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques

Il précise que les discussions se poursuivent avec le député caquiste de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, et le ministère des Transports.

D'après les informations de Marie-Christine Rioux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société