•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley promet de se battre contre le projet de loi 22

Photo montage d'un plan serré du visage de Rachel Notley et du visage de Jason Kenney côte à côte.

« Jason Kenney pense être au-dessus des lois», dit Rachel Notley, chef de l'opposition officielle en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh et Codie McLachlan

Nassima Way

Rachel Notley demande que tous les députés du Parti conservateur uni (PCU) se récusent quand il sera le temps de voter sur le projet de loi 22.

La chef du Nouveau Parti démocratique, qui forme l’opposition officielle en Alberta, a formulé sa demande dans une lettre à la commissaire à l’éthique de la province, Marguerite Trussler, expliquant que les députés du PCU sont en conflits d’intérêts.

Selon elle, le but de ce projet de loi est de perturber les enquêtes sur de possibles fraudes électorales au sein du PCU, car il prévoit l'abolition du poste de commissaire aux élections, Lorne Gibson qui mène actuellement une de ces enquêtes.

Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous battre contre ce projet de loi.

Rachel Notley, chef de l'opposition officielle en Alberta

Lorne Gibson enquête depuis l'an dernier sur des allégations de fraudes lors de la course à la direction du PCU en 2017.

Si son poste est aboli, Rachel Notley craint que les enquêtes ouvertes par le bureau du commissaire aux élections soient interrompues, explique-t-elle dans la lettre surtout que des élus du PCU ontégalement été interrogés par la GRC qui mène sa propre enquête.

De son côté, le gouvernement soutient que la suppression du poste de commissaire aux élections vise uniquement à réaliser une économie de 1 million de dollars en cinq ans.

D'autre part, la présidente du comité des comptes publics, la députée néo-démocrate Shannon Philipps, veut convoquer Lorne Gibson pour qu’il explique ses dépenses et ainsi présenter son travail publiquement.

Je me sens à l'aise d'utiliser tous les outils législatifs de l'opposition pour découvrir pourquoi on veut le congédier.

Shannon Philipps, députée de Lethbridge-Ouest

Elle dit que toutes les rencontres de ce comité sont annulées jusqu'à ce que le commissaire aux élections soit entendu.

Elle ajoute que le projet de loi 22 est un affront à la démocratie albertaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale