•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un recours collectif canadien de 500 M$ contre l’herbicide Roundup

Des bouteilles du désherbant Roundup.

Le recours estime que le glyphosate contenu dans le Roundup est cancérigène.

Photo : Reuters / Yves Herman

Radio-Canada

La firme canadienne d’avocats Diamond & Diamond pilote la procédure qui vise notamment la compagnie pharmaceutique Bayer, propriétaire de Monsanto, qui fabrique le Roundup.

La firme représente présentement une soixantaine de personnes, mais croit que des milliers de personnes pourraient être affectées par les effets de l’herbicide qui contient du glyphosate et qui peut causer d’importants problèmes de santé, dont le cancer.

Aux États-Unis, 18 000 poursuites sont en cours contre le Roundup.

Il s’agirait donc de la première action collective qui couvrirait l'ensemble du Canada, après des poursuites déjà intentées en Colombie-Britannique, au Québec, en Saskatchewan et au Manitoba.

Selon le directeur des litiges civils et commerciaux à Diamond & Diamond, Darryl Singer, le but de l’action collective n’est pas uniquement d’obtenir un dédommagement monétaire, mais d'induire également des « changements d’attitude » pour éviter que des situations similaires ne se reproduisent avec de futurs produits au Canada.

Si ces poursuites ne forcent pas des compagnies comme Monsanto à signer ces gros chèques, rien ne les obligera à changer leur manière de conduire leurs affaires, explique M. Singer.

Des personnes représentées par la firme ont d’ailleurs été diagnostiquées de plusieurs formes de cancer, notamment du cerveau et des poumons. Certains plaignants ne verront pas la fin de cette poursuite parce qu’ils décéderont avant, se désole l’avocat.

Le glyphosate n'est pas cancérigène, soutient Bayer

De son côté, Bayer Canada a indiqué par communiqué qu’elle « défendra vigoureusement » ses produits.

Nous compatissons avec les plaignants, mais le glyphosate contenu dans les herbicides n’est pas la cause de leurs maladies, précise le communiqué.

Le glyphosate a été étudié en détail par des scientifiques, et les résultats de la recherche confirment qu’il n’est pas cancérigène. Nous défendons fermement la sûreté des herbicides à base de glyphosate et, en tant que compagnie vouée aux sciences de la vie, nous assurons aux Canadiens que leur santé et leur environnement sont nos priorités.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Procès et poursuites

Environnement