•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Système de paye Phénix : l’AFPC optimiste et revendicatrice envers les nouveaux ministres

Magali Picard dans les studios de Radio-Canada.

La vice-présidente exécutive nationale de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard, dans les studios de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Agnès Chapsal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vice-présidente exécutive nationale de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard, fait preuve d’un optimisme prudent envers les nouveaux ministres responsables des enjeux liés à Phénix. Elle les met cependant en garde : ils doivent réparer le système de paye et indemniser les fonctionnaires pour les dommages qu'ils ont subis.

De toute évidence, le premier ministre leur accorde une grande confiance, parce que ce sont deux dossiers prioritaires pour l’État, du moins je le souhaite, a indiqué Mme Picard, mercredi, dans la foulée de l’assermentation des nouveaux ministres.

Elle a indiqué que les employés de l'État pourraient fort bien se doter d'un mandat de grève générale illimitée si le gouvernement ne leur offre pas une compensation adéquate pour les dommages causés par Phénix.

L’AFPC a désormais deux nouveaux interlocuteurs au sein du Cabinet, à commencer par Jean-Yves Duclos, qui est désormais à la tête du Conseil du Trésor, et Anita Anand, qui tient maintenant les rênes de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC).

On est prêts. On a de grandes attentes envers ces élus-là.

Magali Picard, vice-présidente exécutive nationale de l’Alliance de la fonction publique du Canada

M. Duclos devra entre autres négocier les compensations à octroyer aux fonctionnaires de l'AFPC lésés par Phénix. L’Alliance, qui représente 140 000 travailleurs, est le seul syndicat à ne pas être parvenu à une entente avec Ottawa.

Jean-Yves Duclos pose en compagnie de Justin Trudeau et de Julie Payette à Rideau Hall.

Jean-Yves Duclos (au centre) en compagnie du premier ministre Justin Trudeau et de la gouverneure générale Julie Payette lors de sa nomination en tant que président du Conseil du Trésor, le mercredi 20 novembre 2019, à Rideau Hall.

Photo : Radio-Canada

La porte était toujours ouverte lorsqu'elle voulait s’adresser à M. Duclos par le passé, s'est remémorée Mme Picard. C’étaient des relations qui étaient correctes. Alors, on ne peut pas voir d’un mauvais œil, au contraire, l’arrivée de M. Duclos.

Mme Picard espère également apprendre à connaître davantage Mme Anand, maintenant qu'elle dirige le ministère responsable du fonctionnement de Phénix.

Anita Anand prête sermet en posant la main sur un livre dans salle bondée de Rideau Hall.

La nouvelle ministre responsable de Services publics et Approvisionnement Canada, Anita Anand, lors de son assermentation à Rideau Hall, le 20 novembre 2019.

Photo : Radio-Canada

Une grève toujours possible au printemps

Ce qui a été présenté avant la dernière campagne électorale, c’est tout simplement insultant, a aussi martelé Mme Picard au sujet des offres reçues lors du plus récent blitz de négociations avec le gouvernement fédéral cet automne.

En guise de réparation pour les maux de tête causés par Phénix, Ottawa avait proposé une compensation équivalente à 1,25 jour de congé payé par an, et ce pendant quatre ans.

Cette proposition était inéquitable, selon Mme Picard, puisque certains fonctionnaires avec de plus gros salaires auraient touché plus leurs collègues moins bien rémunérés, même s’ils ont vécu des problèmes semblables.

Si le gouvernement ne se présente pas aux tables de négociations avec des offres qui sont respectables, le gouvernement Trudeau devra s’attendre à voir ses travailleurs de l’État en grève générale illimitée dès le printemps prochain, a lancé Mme Picard.

L’APFC estime qu’elle aura, au début du mois de décembre, un rapport de la Commission de l’intérêt public sur le conflit de travail qui oppose le syndicat et le gouvernement fédéral.

L'Alliance aura alors tout ce qu’il lui faut pour demander à ses membres s’ils souhaitent se doter d’un mandat de grève générale illimitée, selon Mme Picard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !