•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rivière-du-Loup reverra les limites de vitesse dans ses rues

Une rue de Rivière-du-Loup avec l'église Saint-Patrice en arrière plan.

La rue Lafontaine, à Rivière-du-Loup (archives)

Photo : Radio-Canada / Dereck Doherty

Marie-Jeanne Dubreuil

La Ville de Rivière-du-Loup uniformisera les limites de vitesse de toutes les rues du territoire dès le printemps 2020.

Cette refonte du système vise à diminuer la confusion et la frustration chez les automobilistes.

Il y a des secteurs actuellement où l’on passe de 30 km/h à 50 km/h, à 30 km/h en très peu de temps, indique le directeur du service technique et de l’environnement pour la Ville de Rivière-du-Loup, Gérald Tremblay.

Quand il y a un 30 km/h qui s’applique sur une trop longue distance, ça crée beaucoup de frustrations chez les automobilistes. Et quand on applique un 30 km/h sur une rue connectrice (sic), ça amplifie l’effet.

Gérald Tremblay, directeur des Services techniques et de l'environnement

Pour la nouvelle signalisation, la Ville a défini trois catégories de rue qui auront chacune leur propre limite de vitesse.

Les artères et rues collectrices auront une limite de 50 km/h. Les automobilistes qui circulent dans les rues locales et résidentielles pourront le faire à 40 km/h. Les zones scolaires et les rues à proximité des parcs auront une limite fixée à 30 km/h.

Nouvelle hiérarchisation selon le programme d'uniformisation :

  • Artères et rues collectrices : 50 km/h
  • Rues locales et résidentielles : 40 km/h
  • Zones scolaires et à proximité des parcs : 30 km/h

La Ville espère encourager une conduite plus instinctive dans les rues de Rivière-du-Loup. La Municipalité souhaite aussi diminuer le nombre de panneaux de signalisation, entre autres, en installant des limites de vitesse par secteur.

Dans un quartier où il y a deux entrées principales, on va aller mettre des panneaux de limite de vitesse de secteur, plutôt que de mettre un panneau sur chaque rue, illustre M. Tremblay.

La Ville affirme s’être inspirée de projets d’uniformisation effectués dans d’autres villes du Québec, dont Montréal et Repentigny. La métropole était d’ailleurs la première à instaurer la limite de 40 km/h dans ses rues en 2010.

[La nouvelle limite de vitesse de 40 km/h] vient vraiment combler un besoin pour les municipalités, parce que ça vient donner une autre alternative au 50 km/h. Avant ça, on pouvait juste baisser la limite à 30 km/h et personne ne roule vraiment à 30 km/h.

Gérald Tremblay, directeur des Services techniques et de l'environnement

La Ville de Rivière-du-Loup espère commencer l’uniformisation de ses limites de vitesse secteur par secteur dès le printemps prochain, selon M. Tremblay. Elle ne sait toutefois pas encore comment elle compte l’appliquer.

On a huit mois pour y penser. De toute façon, il nous reste encore du travail à faire pour changer la réglementation de la Ville parce que chaque limite de vitesse fait partie des règlements de la ville, explique-t-il.

Accueil positif

La quinzaine de personnes présentes à la séance d’information s’est montrée généralement en accord avec le projet d’uniformisation de la Ville.

Je ne pensais pas qu’on avait autant de différences de limites de vitesse par secteur. [le projet d’uniformisation] va régulariser bien des choses. C’est positif pour tout le monde, estime le Louperivois Sylvain Brousseau.

Moi, par expérience, quand je roule à 30 km/h, je me fais klaxonner ou dépasser. C’est vrai que les gens ne respectent pas la limite. En augmentant un peu ou en diminuant à certains endroits, ça va peut-être éviter les mauvais comportements, ajoute une autre résidente, Suzanne Pelletier.

Plusieurs citoyens ont par contre profité de la rencontre pour exprimer leurs inquiétudes quant à l’application des limites de vitesse. Quelques citoyens ont entre autres réclamé davantage de présence policière dans les rues aux intersections plus problématiques.

Nous avons une très bonne collaboration avec la Sûreté du Québec, mais ils ne peuvent pas être partout tout le temps, a rappelé la mairesse, Sylvie Vignet, en réponse à l’un de ceux-ci.

La Ville espère avoir terminé son uniformisation d'ici l'automne 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Prévention et sécurité