•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès du major Éric Duquette : la preuve est close

Éric Duquette dans un corridor

Le major Éric Duquette fait face à des accusations d'agression sexuelle.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La preuve est maintenant close dans le procès du major Éric Duquette.

Le haut gradé militaire est accusé d'agression sexuelle sur une subalterne. Les événements seraient survenus lors d’un party de Noël à la base de Bagotville en décembre 2018.

Une militaire s'est montrée très critique à l'endroit des témoins de la poursuite, mercredi matin, lors du procès en cour martiale du major Éric Duquette.

L'adjudant maître Lynn Mc Fadden-Davies a témoigné en anglais. Elle a affirmé que le soir de la fête, elle a averti à deux reprises la plaignante et ses deux amies (les autres témoins de la poursuite) qu'elles devraient rentrer parce qu’elles étaient en état d'ébriété avancé.

L’adjudant maître Mc Fadden-Davies a soutenu qu’elle a proposé à la plaignante et aux deux épouses de militaires de partir pour une première fois dans la salle de bain vers 19 h.

Elle aurait ensuite donné un ordre à la plaignante en ce sens vers 22 h parce qu'elle était particulièrement « éméchée ». Le témoin de la défense a également souligné que la piste de danse était remplie au maximum de sa capacité ce soir-là et que les contacts physiques accidentels étaient donc fréquents.

Deux autres témoins de la défense ont indiqué avoir été longtemps en présence de l'accusé et de sa conjointe au cours de la soirée. Aucun d'eux n'a été témoin des événements soulevés par la plaignante. Selon les témoignages de la défense, la femme du major Duquette, Véronique Germain, a été souriante toute la soirée, alors que les témoins de la poursuite prétendaient qu'elle était fâchée.

Une belle soirée

Au cours de son témoignage, Véronique Germain a indiqué qu'elle n'a remarqué aucun geste répréhensible de la part de son mari. Elle dit avoir passé presque toute la soirée sur la piste de danse avec Éric Duquette.  

La conjointe du major Duquettee ajoute qu’elle a quitté la soirée « particulièrement de bonne humeur » parce qu'un officier supérieur leur avait laissé entendre qu'une affectation en Italie était envisageable rapidement. Le chauffeur désigné lors de cette soirée a témoigné que le couple semblait heureux et qu’il ne paraissait pas en état d'ébriété avancé lors de son retour à la maison.

Les deux parties livreront leurs plaidoiries jeudi matin.

D'après les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Procès et poursuites