•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers un collège cri à Chisasibi?

Une cour d'école où jouent des enfants.

L'école primaire à Chisasibi, une communauté où les étudiants doivent quitter le territoire s'ils désirent poursuivre des études supérieures.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Émilie Parent Bouchard

La nation crie de Chisasibi travaille présentement sur la mise sur pied d’un collège qui pourrait accueillir ses premiers étudiants dès la rentrée d’automne de 2020.

L’objectif est de favoriser l'accès des jeunes cris de toute la nation à l'éducation supérieure en leur offrant des cours culturellement adaptés sans qu’ils n’aient à quitter le territoire. On espère par le fait même faire rayonner Eeyou Istchee partout dans le monde et inviter les touristes à découvrir ce coin de pays.

Un panneau indiquant les rue Fort George et Chisasibi devant une route déserte.

Les jeunes doivent voyager au moins 10 heures vers le sud s'ils veulent poursuivre leurs études après l'école secondaire.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Chaque année, la commission scolaire crie évalue que plusieurs centaines de Cris quittent le territoire pour accéder aux études postsecondaires, rappelle la vice-cheffe de Chisasibi, Daisy House. Elle-même issue de l’enseignement, elle fait de l’éducation, avec le développement économique et l’autonomie de la communauté, des priorités.

Je trouve qu’il n’y en a pas assez qui partent pour les études et on se demande : si on avait des programmes d’études supérieures ici, est-ce qu’ils les prendraient?, s’interroge-t-elle. Imagine ceux et celles qui ont décidé de ne pas partir, combien ils prendraient de cours à Chisasibi ou dans la région? Peut-être, ça va doubler. Même plus que ça.

Daisy House pose derrière son bureau de travail.

La vice-cheffe de Chisasibi, Daisy House fait de l’éducation une priorité.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Elle ajoute que si quelques-uns s’adaptent au sud, la plupart d’entre ceux qui y complètent leur formation reviennent aussitôt.

D’autres disent que ce n’est pas pour eux. Et pour d’autres, c’est trop, trois ans, pour eux et la famille. Parce qu’ils veulent aller à leur camp, pratiquer leurs coutumes et la langue, précise-t-elle, ajoutant que l’accès au territoire est un facteur important pour le maintien de la langue.

De l’espoir pour la jeunesse crie

Après le secondaire, si les jeunes veulent poursuivre leurs études, ils doivent voyager au moins 10 heures vers le sud. Les jeunes n’ont pas d’espoir en leur avenir. S’ils avaient un collège ici, ça les encouragerait certainement. Un collège est essentiel au développement des capacités, renchérit le coordonnateur des finances du conseil de bande de la nation crie de Chisasibi, Thayaparan Thiyagarajah.

Thayaparan Thiyagarajah pose dans une pièce claire.

Le coordonnateur des finances du conseil de bande de Chisasibi, Thayaparan Thiyagarajah, tient à ce que les jeunes puissent avoir accès à une éducation supérieur plus proche de chez eux.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Ce Sri Lankais d’origine établi à Chisasibi depuis plus de 10 ans croit qu’un collège pourrait non seulement renforcer les capacités individuelles, mais aussi celles de toute la communauté. Il en sait quelque chose puisqu’il a lui-même choisi l’exil pour avoir accès à l’éducation supérieure en raison de quotas ethniques imposés dans les universités sri lankaises.

Lorsqu’on a accès à l’éducation, on apprend aussi à mieux gérer certaines situations, on retire aussi des compétences utiles pour la vie de tous les jours, plaide-t-il. Ça devrait aussi réduire les problèmes sociaux dans la communauté, améliorer la qualité de vie. De manière générale, ça va créer un communauté plus forte, aussi en termes de préserver la culture, la langue.

C’est vraiment, vraiment important parce que les enfants, c’est notre futur.

Daisy House, vice-cheffe de Chisasibi

L’émancipation de la jeunesse et de la culture cries, voilà pourquoi Thayaparan Thiyagarajah — dit Pahren! — siège, avec Daisy House, la Commission scolaire crie, le Conseil cri de santé et de services sociaux, le gouvernement de la Nation crie, ainsi que le Cégep et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), au sein d’un comité qui planche sur une étude de faisabilité pour l’implantation d’un collège à Chisasibi.

La façade de l'école primaire de Chisasibi avec la structure d'un tipi devant.

L'école primaire à Chisasibi, où la commission scolaire crie évalue que plusieurs centaines de Cris quittent le territoire pour accéder aux études post-secondaires chaque année.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Des centaines d’emplois à pourvoir

« Mines, énergie, entrepreneuriat, construction, promesse de 600 nouveaux emplois au Conseil cri de la santé et des services sociaux dans les 5 prochaines années », autant de secteurs d’emplois qui nécessiteront des qualifications, notait d’ailleurs la Commission scolaire crie dans un communiqué de presse publié à l’issue d’un sommet sur le renforcement des capacités fin octobre.

C’est notre moment : tout le monde doit rêver grand. En tant que Nation en développement, il n’y aura pas de place pour le chômage. Tout le monde a un rôle à jouer.

Abel Bosum, Grand chef du Grand Conseil des Cris, en marge du sommet sur le renforcement des capacités

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue ainsi que l’UQAT mettent aussi la main à la pâte en aidant la nation crie à formuler sa demande au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, en partageant son expertise dans le développement de curriculums et de l’argumentaire sur l’achalandage anticipé du futur collège.

S’ouvrir au monde

« Ils apportent de l’expertise sur l’éducation supérieure. Ils nous aident aussi parce que c’est un projet assez unique. Ce n’est pas simplement un autre Cégep, c’est un projet basé sur la culture crie et destiné [aux 11 communautés cries] », fait valoir Thayaparan Thiyagarajah, précisant qu’il souhaite aussi que ce soit un vecteur d’attraction pour les touristes des quatre coins du monde.

Nous sommes un endroit unique au monde, même au Canada avec la culture Eeyou. Les gens du monde entier veulent en savoir plus sur la culture autochtone. Ils pourront venir ici et apprendre différentes langues dans des cours intensifs, été comme hiver, vivre le changement de saison dans le Nord.

Thayaparan Thiyagarajah, coordonnateur des finances de la Nation crie de Chisasibi

L’étude de faisabilité sur l’implantation d’un collège cri à Chisasibi, pour laquelle le ministère de l’Éducation et de l’enseignement supérieur a allongé 150 000 $doit être déposée d’ici au début de 2020.

On espère démarrer les premiers cours en août 2020, c’est notre objectif. Et nous allons l’atteindre, conclut M. Thiyagarajah, confiant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones