•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'autrice-compositrice-interprète Maud Evelyne remporte le Prix de poésie Radio-Canada 2019

Portrait en couleur de la jeune femme, assise sur une chaise, genoux relevés et pliés, bras croisés, en camisole noire, jupe en denim et bas résille.

L'autrice-compositrice-interprète et poète Maud Evelyne

Photo : Marilou Jetté-Gontran Chartré

Radio-Canada

Maud Evelyne est la lauréate du Prix de poésie Radio-Canada 2019 pour sa suite poétique J'ai vu ma mère en rêve.

Le jury, composé de Joséphine Bacon, David Goudreault et Herménégilde Chiasson, a choisi de récompenser ce poème « à la fois désespéré et courageux [...] où sont insérés pêle-mêle des instants d'humour, de magie et de bonheur ».

Dans un mélange d’existentiel et de trivial, de souvenirs et de sensualité, de surréalisme et de quotidien, ce texte nous propose une vision onirique à la fois touchante et surprenante. Les images se bousculent à un rythme saccadé et font souvent référence à un univers américain déglingué qui est aussi le nôtre.

Commentaire du jury du Prix de poésie 2019

Du piano aux mots

Originaire de Témiscouata-sur-le-Lac, dans le Bas-Saint-Laurent, Maud Evelyne joue du piano depuis qu’elle a 5 ans. À 10 ans, elle tente d’écrire, entre autres, des romans sur la Seconde Guerre mondiale, mais ne sachant pas trop quoi faire dire ou faire à ses personnages, elle abandonne son projet et se concentre sur Mozart, ce qui lui vaut une médaille du Gouverneur général au secondaire, une participation à la finale nationale du Concours de musique du Canada, et une entrevue et performance à l’émission Faites vos gammes à la télévision de Radio-Canada.

À l’époque, j'avais trois rêves : chanter comme Martine St-Clair, écrire un roman historique et composer de la musique.

Maud Evelyne

Après une tentative de DEC en littérature, elle retourne en piano classique mais découvre le jazz et l’improvisation pour s'inscrire finalement au baccalauréat en clavecin à l’Université Laval.

Elle gagne plusieurs prix et se retrouve catapultée sur scène avec Les Violons du Roy et l’Orchestre symphonique de Québec avant de s'enfuir à Terre-Neuve pour étudier l’ethnomusicologie.

C'est là, au contact des musiciens folk et country de l’île, qu'elle trouve sa voix. Elle s'envole ensuite pour l’Europe, où elle tombe amoureuse d’un Allemand et rédige sa thèse au sujet de l’appropriation culturelle dans les opéras rituels en nature du célèbre compositeur canadien R.M. Schafer.

De retour dans son Bas-Saint-Laurent natal, elle commence enfin à écrire et interpréter ses chansons devant public.

En 2017, elle est demi-finaliste au Festival international de la chanson de Granby, et l'année suivante, elle lance Le parking aux oiseaux, un premier microalbum folk aux accents mélancoliques et aux paroles métaphoriques.

Explorer ses zones d'ombre

Maud Evelyne explique qu'elle a écrit sa suite de poèmes J'ai vu ma mère en rêve avant de devenir mère, et qu'elle l'a remanié peu après.

J’explorais par libre association d’idées les zones d’ombre dans ma relation avec ma mère (à la fois réelle et fantasmée), et mon propre flou face à la maternité et, en filigrane, face au couple. J’ai essayé d’y être vraie en écrivant des choses inventées, et d’inventer en écrivant des choses vraies. Je voulais explorer les zones d’ombre que je porte en moi, remplir les silences de mes souvenirs familiaux. Me permettre de grincer avec de grands thèmes comme donner la vie, aimer, vieillir, mourir. En arrière-fond un portrait de ma mère dans le noir, portrait qui parle surtout de moi, au fond.

Maud Evelyne

Elle qualifie son écriture de « très sensorielle et symbolique en même temps. » Sans que les images aient nécessairement un sens clair, elles évoquent plusieurs possibilités, tout en restant proches du langage parlé.

Une bourse de 6000 $ et un séjour d'écriture à Banff

À titre de lauréate du Prix de poésie Radio-Canada 2019, Maud Evelyne recevra une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada. Elle profitera également d'une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité, en Alberta, où elle compte « arranger les poèmes qu'elle a laissés dormir dans son ordinateur » en un recueil et « se prendre un peu plus au sérieux... »

Elle sera de passage à l'émission La librairie francophone, animée par Emmanuel Khérad sur les ondes d'ICI Première et des radios publiques francophones, samedi 23 novembre à 21 h.

Les quatre finalistes du Prix de poésie Radio-Canada 2019 se partageront 4000 $, offerts par le Conseil des arts du Canada. Voici ces finalistes :

Quant à la lauréate de langue anglaise (CBC Poetry Prize), il s'agit d'Alycia Pirmohamed de Calgary. On peut lire son poème Love Poem with Elk and Punctuation, Prairie Storm and Tasbihsur le site de CBC Books (Nouvelle fenêtre).

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours.
Vous aussi, vous écrivez?
Participez à l'un de nos concours littéraires!



Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts