•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports en commun : le syndicat brandit la menace d'un arrêt complet du réseau

Le système de messagerie électronique d'un autobus de Translink dit « désolé ».

Le ton monte entre le syndicat des travailleurs des transports en commun et la compagnie Coast Mountain.

Photo : Radio-Canada / Evan Tsuyoshi

Radio-Canada

Le syndicat des travailleurs des transports en commun du Grand Vancouver brandit la menace d'un arrêt « complet » du réseau à partir de mercredi prochain et jusqu'à vendredi, si un accord n'est pas conclu avec son employeur, la compagnie d'autobus Coast Mountain (CMBC).

Le syndicat Unifor et l'employeur tentent de réviser les termes de leur contrat depuis le début du mois de mai, puisque ce dernier a pris fin le 31 août 2019. Les deux parties se sont rencontrées plus de 40 fois sans pour autant conclure d'entente, affirme le syndicat.

Les employés ne se présenteront pas au travail pendant trois jours afin de mettre de la pression sur leur employeur.

Nous avons fait tous les efforts pour éviter une telle mesure, mais la responsabilité en incombe entièrement à TransLink, a lancé le porte-parole d'Unifor, Gavin McGarrigle, en conférence de presse.

Gavin McGarrigle, d'Unifor, en conférence de presse en compagnie d'employés du transport en commun.

Des dizaines d'employés d'Unifor rassemblés dans une salle de conférence ont sifflé et applaudi après l'annonce.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Si elle nous fait une offre raisonnable, nous réglerons le problème. La balle est dans son camp.

Gavin McGarrigle, porte-parole d'Unifor

Les syndiqués tentent de négocier un nouveau contrat depuis le début du mois de mai, puisque ce dernier a pris fin le 31 août 2019. Les deux parties sont à couteaux tirés, s'accusant mutuellement depuis le début du conflit d'être « de mauvaise foi ».

Selon la partie patronale, les demandes déraisonnables du syndicat totalisent 608 millions de dollars supplémentaires en salaires, en avantages sociaux et en conditions de travail au cours des 10 prochaines années.

Dans un communiqué, le ministre du Travail, Harry Bains, a indiqué que la nouvelle était difficile pour les utilisateurs du transport en commun, ajoutant que personne ne souhaite de perturbations .

Il exhorte les deux parties à reprendre les discussions.

« Un effet dévastateur », dit TransLink

« Nous sommes incroyablement déçus par l’escalade des moyens de pression annoncés par le syndicat mercredi, a lancé d’office Ben Murphy, porte-parole de TransLink. Cela aura un impact dévastateur sur les 350 000 usagers qui utilisent quotidiennement le service d’autobus en semaine. Nous condamnons cette approche. »

Notre offre est historique.

Ben Murphy, porte-parole, TransLink

Le porte-parole de TransLink a dit que l’offre patronale était « historique, très généreuse et bien au-delà des conditions des autres travailleurs dans le secteur public en Colombie-Britannique ».

Selon le porte-parole, la pomme de discorde demeure les demandes salariales. Il demande au syndicat de revenir à la table des négociations avec des attentes plus raisonnables, soulignant que la partie syndicale a refusé la médiation.

Ben Murphy a rappelé que la compagnie de transports offre une augmentation totale de 6100 $ en quatre ans pour les chauffeurs d’autobus, soit un salaire annuel maximum de près de 70 000 $. Les travailleurs de métiers spécialisés, eux, obtiendraient 10 000 $ de plus en quatre ans, soit un salaire annuel maximum de 88 000 $.

Vote de grève de SkyTrain en cours

Alors que l'un des syndicats du transport en commun de la région métropolitaine de Vancouver s'apprête à intensifier sa grève, les 900 travailleurs du SkyTrain participent à un vote de grève mardi.

Le syndicat représentant les travailleurs, CUPE 7000, affirme avoir atteint une impasse dans ses négociations avec son employeur, la compagnie BC Rapid Transit.

Le résultat du vote est attendu mercredi. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transport en commun