•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eleanor Collins, la première dame du jazz au Canada, a 100 ans 

Eleanor Collins s'exclame devant un gâteau d'anniversaire dans sa maison de Surrey en Colombie-Britannique.

Eleanor Collins célèbre son 100e anniversaire.

Photo : Ben Nelms/CBC

Marie-Hélène Robitaille

Vedette des émissions de variétés de la télévision de CBC dans les années 1950 et 1960, Eleanor Collins a brisé les barrières interraciales dans le monde du spectacle. La grande dame, qui vit dans la région de Vancouver, célèbre son 100e anniversaire jeudi.

À l'occasion de son centenaire, Eleanor Collins transmet sa joie de vivre.

« Ma vie est faite de musique! », dit-elle lors d'une entrevue accordée à CBC dans sa maison de Surrey où elle vit de manière autonome.

Naissance et arrivée à Vancouver 

Eleanor Collins en 1966 debout sur une scène, portant une robe longue.

Eleanor Collins en 1966.

Photo : Alvin Armstrong/Collection CBC

Eleanor Collins naît le 21 novembre 1919 à Edmonton. Ses parents, originaires d’Oklahoma, s’étaient établis en Alberta en 1906 après avoir répondu à une annonce du gouvernement canadien qui offrait des terres à défricher pour la somme de 10 $. Eleanor est douée et grandit dans une famille musicale. Elle s’installe à Vancouver en 1939, chante dans des chorales gospel et avec diverses formations de jazz, et fait ses débuts à la radio de CBC. 


Une anecdote digne de l’époque

Eleanor Collins assise à une table, tenant un verre.

Eleanor Collins en studio

Photo : Jack Lindsay/Collection CBC

En 1952, elle participe avec ses quatre enfants à la comédie musicale Finian’s Rainbow, du Theatre Under The Stars, au parc Stanley. Une comédienne interprétant une Afro-Américaine, l’un des rôles principaux, joue alors le visage peint en noir. En 1954, quand Eleanor se fait offrir de faire à nouveau partie de la production, elle accepte, à la condition d’obtenir ce rôle plus important. Et on le lui accorde.


Débuts à la télévision et émission nationale

En 1954, quelques mois seulement après l’arrivée en ondes de CBC, Eleanor Collins est la vedette de l’émission musicale Bamboula, qui met en scène la première troupe interraciale au Canada. 

Un an plus tard, durant l’été 1955, elle anime sa propre émission nationale hebdomadaire, intitulée tout simplement Eleanor. Elle devient ainsi la première animatrice de couleur à animer une émission nationale à la télévision en Amérique du Nord. Elle précède d’un an Nat King Cole aux États-Unis, à qui on attribue souvent cet honneur. L’émission musicale en ondes pour la période estivale est diffusée pour la première fois le dimanche 12 juin 1955. Chanteurs, musiciens et danseurs reflètent le style musical de l’époque. 

« J'ai été vraiment choyée, à tous les instants », souligne Mme Collins en parlant de sa carrière et de sa vie, entourée notamment de feu son mari Richard Collins et de ses quatre enfants.


Carrière et Ordre du Canada

Eleanor Collins en 1958 chantant sur une scène, accompagnée de trois musiciens.

En concert en 1958

Photo : Alvin Armstrong/Collection CBC

Eleanor Collins poursuit sa carrière dans diverses émissions de variétés et se produit en concert dans la région de Vancouver. Elle aurait pu se diriger vers une carrière internationale, mais a préféré contribuer à la scène musicale vancouvéroise tout en se consacrant à sa famille. En 2014, elle reçoit l’Ordre du Canada pour sa carrière de chanteuse de jazz et pour avoir contribué à briser les barrières interraciales. Malheureusement, elle n’a jamais fait de disque. 


Portrait d'Eleanor Collins

Portrait d'Eleanor Collins

Photo : Franz Lindner/Collection CBC

Elle aime aujourd'hui chanter des chansons inspirantes et réconfortantes plutôt que des chansons mélancoliques et surtout, vivre le moment présent.

« C'est ce que ma mère m'a dit il y a longtemps : "Ma chérie, prends une journée à la fois, fais de ton mieux et continue d'avancer." C'est le meilleur conseil qu'on m'ait donné », dit-elle.

Mme Collins fête ses 100 ans le 21 novembre. Un âge qu'elle célèbre avec beaucoup d'enthousiasme.

« La vie ne s'arrête pas après 100 ans... et je veux encore tout donner! »

Joyeux anniversaire!

Avec les informations de Roskini Nair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Arts de la scène