•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau dévoile son nouveau Cabinet sous le signe de la collaboration

Des postes de lieutenant pour le Québec et de représentant pour les Prairies ont notamment été créés.

Les 36 ministres du Cabinet libéral posent aux côtés de Justin Trudeau et de la gouverneure générale Julie Payette.

Le nouveau Cabinet du gouvernement de Justin Trudeau compte 36 ministres, soit deux de plus que le précédent.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Jean-Philippe Guilbault

Pour la présentation de son nouveau Conseil des ministres, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a adopté un message rassembleur qui se concrétise notamment par la création des postes de conseiller spécial pour les Prairies et de lieutenant politique au Québec.

Ce sont 36 ministres – 18 femmes et 18 hommes – qui ont été présentés mercredi après-midi, le Cabinet sera donc légèrement plus imposant qu’avant le déclenchement des élections fédérales.

Nous nous rendons compte à quel point nous avons beaucoup de travail devant nous pour répondre aux attentes élevées des Canadiens, a déclaré le premier ministre lors d'une conférence de presse après la cérémonie d'assermentation. C'est l'équipe pour arriver à cet objectif.

Justin Trudeau lors d'une conférence de presse.

Justin Trudeau a répondu aux questions des médias après l'assermentation de son Conseil des ministres.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Répondre aux doléances de l'Ouest

Jim Carr hérite donc du mandat particulier de représentant spécial du premier ministre pour les Prairies. Sa responsabilité va être de nous rapporter la voix des Prairies et d’être notre voix en Saskatchewan et en Alberta, a indiqué Justin Trudeau.

Les libéraux n'ont obtenu aucun siège dans ces deux provinces lors des dernières élections.

Malgré un diagnostic de cancer du sang, annoncé à la fin du mois d'octobre, Jim Carr se retrouve avec un rôle important au sein du nouveau Conseil des ministres. Je sais que c’est un rôle qu’il va pouvoir remplir avec brio, a assuré M. Trudeau.

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, a d'ailleurs réagi en soirée à la composition du nouveau Cabinet, critiquant au passage la contribution de sa province à la péréquation et les lois C-48 et C-69 ayant une incidence sur la production pétrolière.

Puisqu’aucun ministère n’est piloté par un élu albertain, j’espère que les ministres avec des dossiers qui sont urgents aux yeux de notre province écouteront les Albertains, prendront nos préoccupations sérieusement et travailleront de manière constructive avec le gouvernement de l’Alberta pour les régler, a-t-il souhaité.

Plus de place aux élus québécois

Pablo Rodriguez sera pour sa part lieutenant du Québec, en plus d’occuper les fonctions de leader du gouvernement.

Malgré un nombre record de Québécois au gouvernement, le Québec voulait une voix encore plus forte.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le nouveau cabinet de Justin Trudeau a d'ailleurs été salué par le premier ministre du Québec, François Legault.

Plusieurs élus du Québec se retrouvent avec des responsabilités importantes et c’est une bonne nouvelle, a déclaré M. Legault par communiqué. Les ministres de notre gouvernement entreront en contact rapidement avec leurs homologues pour se mettre au travail dans plusieurs dossiers, notamment en infrastructures, en environnement et en économie.

Certains noms circulaient déjà dans les médias, dont celui de Marc Miller aux Services aux Autochtones – l'un des sept nouveaux visages que compte ce Conseil des ministres – et celui de François-Philippe Champagne aux Affaires étrangères.

Jonathan Wilkinson, un député de l'Ouest canadien, se retrouve au ministère de l'Environnement, alors que l'environnementaliste Steven Guilbeault obtient plutôt le poste de ministre du Patrimoine canadien.

Tous nos ministres auront beaucoup à dire sur tous les sujets à la table du Conseil, s'est défendu M. Trudeau après avoir été interrogé sur cette nomination. Les décisions que j'ai prises pour assembler ce Conseil des ministres ont été faites en fonction de qui seraient les meilleures personnes pour travailler sur les grands dossiers pour les Canadiens.

Pour suivre notre couverture en direct sur votre appareil Android, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Une vice-première ministre pour « l'unité nationale »

Chrystia Freeland, qui occupait le poste de ministre des Affaires étrangères, prend du galon et devient vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales.

C'est la première fois que Justin Trudeau nomme quelqu'un au poste de vice-premier ministre. La dernière personne à avoir occupé ce poste était la libérale Anne McLellan, en 2003, au sein du gouvernement de Paul Martin.

Chrystia Freeland avec le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale du Canada Julie Payette.

Chrystia Freeland devient vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales.

Photo : Reuters / Blair Gable

Le premier ministre a souligné l'expérience de Mme Freeland comme négociatrice dans le dossier du nouvel accord de libre-échange, jugeant que sa présence sera « bonne pour l'unité nationale ».

Nous avons beaucoup de défis à la maison.

Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada

Pacifier [l'Ouest canadien], ce n'est pas la question. La question, c'est d'écouter les Canadiens, bien sûr en Alberta et en Saskatchewan, a-t-elle expliqué en entrevue avec Patrice Roy.

On doit essayer de trouver les intérêts communs, les points de vue communs et les enjeux sur lesquels on peut travailler ensemble.

Le choix de la continuité

En somme, Justin Trudeau a tenté de composer un Conseil des ministres qui mise sur les éléments forts de son équipe, des élus qui avaient, pour beaucoup, déjà des responsabilités.

Ainsi, Bill Blair prend la place de Ralph Goodale, défait aux dernières élections, à la Sécurité publique et à la Protection civile.

Le député québécois Jean-Yves Duclos devient président du Conseil du Trésor, alors que Bill Morneau reste aux Finances.

Un nouveau ministère économique, celui de la Prospérité de la classe moyenne, est confié à Mona Fortier.

Bill Morneau serre la main de Justin Trudeau.

Bill Morneau conserve son poste de ministre des Finances dans le nouveau Cabinet de Justin Trudeau.

Photo : Reuters / Blair Gable

Carolyn Bennett conserve le ministère des Relations Couronne-Autochtones, poste qu'elle occupe depuis que le ministère des Affaires autochtones a été scindé en deux, en août 2018.

Harjit Sajjan demeure à la Défense nationale et David Lametti conserve le ministère de la Justice. Ce dernier a dû prêter serment de nouveau, puisque le texte en question a été ajusté dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin, pour mieux distinguer ses responsabilités de ministre de celles de procureur.

Mélanie Joly passe au Développement économique, tout en conservant le dossier des Langues officielles.

Patty Hajdu, députée de Thunder Bay–Supérieur-Nord, devient ministre de la Santé, prenant ainsi la place de Ginette Petitpas Taylor, qui sera pour sa part whip adjointe du gouvernement. Le whip sera Mark Holland.

Composition du Conseil des ministres de Justin Trudeau :

  • Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales
  • Anita Anand, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement
  • Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie
  • Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones
  • Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
  • Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
  • Bardish Chagger, ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse
  • François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères
  • Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor
  • Mona Fortier, ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances
  • Marc Garneau, ministre des Transports
  • Karina Gould, ministre du Développement international
  • Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien
  • Patty Hajdu, ministre de la Santé
  • Ahmed Hussen, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social
  • Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles
  • Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
  • David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada
  • Dominic LeBlanc, président du Conseil privé de la Reine pour le Canada
  • Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national
  • Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale
  • Catherine McKenna, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités
  • Marco E. L. Mendicino, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté
  • Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones
  • Maryam Monsef, ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural
  • Bill Morneau, ministre des Finances
  • Joyce Murray, ministre du Gouvernement numérique
  • Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international
  • Seamus O’Regan, ministre des Ressources naturelles
  • Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées
  • Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des communes
  • Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale
  • Deb Schulte, ministre des Aînés
  • Filomena Tassi, ministre du Travail
  • Dan Vandal, ministre des Affaires du Nord
  • Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique